Contenu principal

Message d'alerte

Enjeu citoyen rendre les campagnes electorales accessibles a ceux qui n entendent pas ou qui entendent malÀ 67 jours du premier tous des élections présidentielles dont la précampagne et n’a toujours pas véritablement a la suite de l’affaire FILLION, les associations ne cesse de se mobilisé afin de revendiqué la prise de la question du handicap dans celle-ci. Une campagne présidentielle dont l’association Bucodes-Surdifrance, fédération qui regroupe des associations de personnes sourdes et malentendantes, souhaite quel soit accessible également tant dans les débats que lors des meetings ou des vidéos en lignes pour les personnes déficientes auditives.

Un accès a l’information politique limité...
Alors que le candidat J-L MELANCON n’hésite à démultiplier lors d’un meeting il oublie a l’image de la totalité des candidats d’y mettre un traducteur en langue des signes et un sous-titrage. Un exemple flagrant de ceux qui n’hésitent pas de parler ensuite de l’importance de l’inclusion de la personne handicapée dans la société. Un manque d’accessibilité qui se retrouve quelques soit le handicap, visuel, auditif, moteur, mental et dont le défenseur des droits et revenu a deux reprises en janvier et février.

Il s’agit la pourtant d’une nécessité que de rendre accessible ces rendez-vous politiques dont le « handicap auditif ne doit pas entraver le pouvoir d’action citoyen en limitant l’accès à l’information et par conséquent à l’implication dans la vie politique » rappel dans un communiqué l’association Bucodes SurdiFrance. Une situation dont elle insiste que des solutions existe et doivent mise en s’alarmant a deux des élections « œuvre pour que la campagne puisse être suivie par tous ».

Du sous-titrage a la LSF, les solutions existent...
Une campagne accessible aux personnes malentendantes et aux personnes sourdes dont il s’agit avant de volonté plus que de moyens même si le coût et réelle celui-ci reste très modeste de plus il améliore l’accès a la démocratie. Des moyens techniques existent et donc l’association préconise notamment

Pour rendre une campagne avec la mise en place d’un sous-titrage de qualité et exhaustif des interventions télévisées, et d’une vigilance renforcée sur les directs ainsi que de celui systématique des replays et vidéos en ligne sans oublier la présence des interprètes en langue des signes (LSF) pour les personnes sourdes qui l’utilisent. La Fédération qui souligne l’importance d’une sonorisation de qualité, des boucles à inductions magnétiques et d’un dispositif de transcription simultanée de la parole pour toutes les rencontres, conférences, meetings.

Utilité de la transcription en temps réel...
La Fédération qui rappel également que la transcription simultanée consiste à diffuser par écrit, à la vitesse de la parole, l’intégralité des échanges sur grand écran. Un dispositif qui permet une compréhension des informations non entendues et donne accès à l’ensemble des interventions pour les personnes pour qui la boucle à induction magnétique ne suffit pas.
Des personnes malentendantes ou devenues sourdes au cours de la vie sont-elles a contrario de ceux née avec cette déficience, rarement concernée par l’accessibilité en langue des signes française. Une transcription en temps réel qui par son application « systématique peut rendre ces informations accessibles aux personnes sourdes qui communiquent dans cette langue » précise la Fédération..

Une visibilité des dispositifs...
L’indispensable boucle magnétique devra être lui représenté par un pictogramme au travers d’une oreille barrée avec un T, signifiant que le lieu est équipé d’un système d’écoute accessible aux personnes malentendantes qui portent des appareils auditifs équipés de position T (ou MT) comme l’indique un document publié en 2015. Ou encore une documentation intitulée BIM pour ce qui concerne la transcription en temps réel.

Pour son président, Richard DARBERA, la fédération d’association s’engage à « relayer l’information et à valoriser au sein de son réseau les initiatives qui auront été mises en place afin que les 6 millions de citoyens concernés par une déficience auditive aient un égal accès à l’information ». Un président qui était aujourd’hui l’invité sur France 5 sur le plateau Magazine de la Santé.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Bucodes-Surdifrance

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir