Contenu principal

Message d'alerte

La ville de paris met fin a la gratuite des transports pour les personnes-âgées et des personnes handicapées. La carte améthyste avec le bus de la ligne 20 de paris en arrière planPrise par le Conseil de Paris réuni du 9 au 11 juillet prochain, celle-ci devrait annoncer la fin de la gratuité totale des cartes. Des titres qui étaient accessibles aux personnes âgées ou en situation de handicap voir au revenu inférieur a 2028 €, permettant à leurs titulaires de se déplacer gratuitement dans le métro et le RER en île de France. Une annonce faite le 5 juillet dernier par Liliane CAPELLE, adjointe chargée de seniors, fait déjà polémique. L'opposition, par la voix Frédéric BOUSCARLE en charge des personnes handicapées a l'UMP proteste contre les conséquences de cette réforme et demande a la ministre Marie-Arlette CARLOTTI de prendre position.

Des tarifs réduits à une participation forfaitaires

Un principe de gratuité que le plan de modernisation des transports en commun parisien entend modifier. Avec plus de 131 000 personnes bénéficiaient de cette mesure en mai 2012, représente un coût pour la Ville de Paris d'environ 55 M€. Créée en 1973, cette carte de transport est délivrée à tous les Parisiens âgés de plus de 65 ans ou en situation de handicap. Si le projet était réellement adopté, au 1er novembre, deux tarifs seraient mis en place : 20 € par an pour les bénéficiaires de minima sociaux et d'aides sociales a l'exception des pensions d'invalidité. 40 € pour ceux dont l'imposition est supérieure ou égale à 2 028 € par an. Une participation qui devrait rapporter 4,6 M€ de plus, enfin les forfaits seront désormais chargés sur des Pass Navigo. Reste une exception : les veuves et veufs de guerre, ainsi que les anciens combattants de plus de 65 ans continueront d'être exonérés.

Une participation pour lequel la ville de Paris fait valoir ramenée au mois, la participation de 20 € par an est « inférieure au prix de deux tickets de métro ». Un principe de participation qui existe certain dans d'autres villes françaises. Y compris dans certains départements d'Ile-de-France proposent une version francilienne, la carte Améthyste comme en Seine-et-Marne a 20 €. Toujours selon la ville de Paris, elle permettra de financer des prestations à destination des plus démunis, à commencer par l'aide au logement et à l'hébergement des plus âgés.

Quelle que soit la décision prise, les deux cartes seront transférées, dès décembre 2012, sur un Pass navigo, plus maniable que l'actuel coupon magnétique et plus facile à remplacer en cas de perte. Pour consoler les titulaires, la Ville leur permettra également d'emprunter les lignes Optile avec cette nouvelle carte, alors qu'ils étaient jusqu'à maintenant cantonnés à Paris intramuros.

Mobilisation et protestation au sein de l'opposition

Une opposition qui elle n'aura pas tardé à prendre cette décision comme argument politique au lendemain d'une faillite politique dans ses rangs. Alors que le président d'Handipop et en charge du handicap à l'UMP, Frédéric BUSCARLE estime « qu'Il est vrai qu'en temps de crise des économies sont à réaliser de la part de chacun des citoyens. Mais cette mesure vise tout particulièrement des personnes en situation économique difficile, parfois précaire, et donc les différents handicaps, qu'ils soient moteurs, physiques, ou liés à une perte d'autonomie, sont un coût déjà très élevé pour le quotidien ».

De l'autre cette nouvelle ne fait pas davantage l'unanimité au sein du groupe PCF et Parti de gauche qui considère qu'il est « hors de question de faire payer ceux qui gagnent moins de 876 euros, c'est-à-dire la tranche qui devrait s'acquitter de 20 €. Un amendement sera déposé en ce sens ». Reste les écologistes pour lequel eux ne semblent absolument qui non seulement soutienne le principe, mais ont déposé un amendement pour supprimer la seule exception qui maintenue pour les veuves et veufs de guerre et anciens combattants.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir