Contenu principal

Message d'alerte

Proportion de décès évitables compte tenu des connaissances et technologies médicales actuellesLa santé française se porte-t-elle bien ? C’est le sentiment que tente de donner une récente étude publiée par Eurostat selon lequel la France arrive avec 23,8 % de décès évitables(1), plaçant, la France est en première position en Europe grâce à son système de santé, selon l'étude d'Eurostat. Une situation très variable puisque selon cette même étude, une meilleure organisation des soins aurait pu empêcher compte tenu des connaissances et technologies médicales actuelles la mort prématurée de près de 600 000 personnes dans l’Union européenne en 2013.

Un taux de mortalité qui selon l’étude ce chiffre à 1,7 million et concernerait les moins de 75 ans en 2013. Parmi ces décès, 577 500 (soit 33,7 % du total) pourraient être considérés comme prématurés au sens où ils auraient pu être évités compte tenu des connaissances et des technologies médicales. Les crises cardiaques (184 800 décès) et les accidents vasculaires cérébraux (AVC, quasiment 94 000 décès) représentaient à eux deux près de la moitié (48 %) du total de ces causes de décès évitables pour les personnes de moins de 75 ans.

La France : meilleurs élèves de l’UE
L’étude qui lève le voile sur certains décès, en particulier ceux causés par les crises cardiaques et les accidents cardio-vasculaires, n’auraient pas eu lieu « si des soins de santé efficaces et prodigués à temps étaient en place », mais qui reste la plus faible en France avec 23,8 % de décès évitables. Arrive en deuxième position le Danemark avec 25,1 % et ensuite la Belgique avec 27,5 %.. La proportion de décès potentiellement évitables a pu l’être grâce à des soins de santé optimaux dont dispose le pays. Mais si il note une certaine irrégularité dans l’accès au soin tant au niveau géographique que financier.

Un constat dressé plusieurs fois par le CISS et d’autres associations de santé qui ne cesse de mettre en garde le gouvernement sur ce point et que la loi Santé n’a pas véritablement résolue l’ensemble des difficultés. Une polémique qui aura pris encore un peu plus d’ampleur ces dernières semaines avec le coût exorbitant de certains médicaments dont des professionnels n’hésitent pas a dénoncé les laboratoires.

Des grandes diversités en Europe...
Ont peut noter dans cette étude, que la part la plus importante de décès évitables ce situe notamment en Roumanie et en Lettonie et variant considérablement d’un État membre de l’UE à l’autre. Ainsi les parts les plus élevées de décès évitables ont été enregistrées en Roumanie (49,4 %) ainsi qu'en Lettonie (48,5 %), suivies de la Lituanie (45,4 %) et de la Slovaquie (44,6 %). À l’opposé, ce taux était inférieur à 30 % en France (23,8 %), devant le Danemark (27,1 %), la Belgique (27,5 %) et les Pays-Bas (29.1 %).

A noter tout de même que si l'indicateur de mortalité évitable par des soins de santé optimaux n’est pas censé être une mesure définitive ou unique de la qualité des soins de santé dans les États membres, il fournit néanmoins une indication quant à la qualité et à la performance des politiques de santé dans un pays.

La Rédaction

*Le concept de mortalité évitable est basé sur l'idée que certains décès (pour des groupes d'âge et des maladies spécifiques) pourraient être « évités » c’est-à-dire qu'ils n’auraient pas eu lieu à ce stade, si des soins de santé efficaces et prodigués à temps étaient en place.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir