Contenu principal

Message d'alerte

Affiche de la Bourses Déclics jeunes 201413 filles et 7 garçons entre 19 et 30 ans reçoivent ce jour une bourse de 7600 € pour réaliser leur rêve, leur vocation dans des domaines aussi divers qu'originaux. Leur point commun : l'engagement. Que ce soit pour des projets d'intérêt général ou plus personnels, tous sont engagés dans une dynamique de création volontariste. Parmi eux Pauline Androlus, Ingrid Chikhaoui se sont intéressée au monde du handicap...Un véritable tremplin pour ces jeunes sélectionnés parmi 1 millier de candidatures et élus par un jury d'experts bénévoles, présidé cette année le Pr. Philippe Taquet, du Muséum national d'Histoire naturelle et président de l'Académie des sciences.

Des bourses qui fêteront 40 années d'existence en 2015 et qui furent créées grâce à la généreuse donation de la collection d'œuvres d'art de Léon SALAVIN et Jeanne FOURNIER, son épouse. Le couple qui souhaité donner un coup de pouce financier que de soutenir l'idée d'entreprendre, d'encourager l'initiative des jeunes pour les aider à trouver leur place dans la société.

Les lauréats sont ainsi incités à soutenir à leur tour, une fois les obstacles surmontés, d'autres jeunes passionnés, en faisant un don à cette action ou en offrant leur compétence, leur expertise au sein de l'association des anciens lauréats itinéraires.

Deux lauréats tournés vers le handicap

Parmi la vingtaine de lauréats sélectionnée, celui de Ingrid Chikhaoui, 29 ans avec un projet intitulé : Un kilo de plumes : court-métrage autour de la question de l'autisme. Une jeune fille qui a pendant quinze minutes, emmène les spectateurs au plus près des émotions. Ce court-métrage met en scène deux personnes autistes qui chacune de leur côté, s'approprient l'espace de leur centre d'accueil à la faveur de la nuit. L'un joue entre ombres et lumières, l'autre se laisse guider par les sons...

« Le parcours de Paul et Mathilde s'illustre dans une chorégraphie entre la poésie de leurs imaginaires et la brutalité de leur confrontation au monde, à l'autre, et à eux-mêmes », raconte la jeune réalisatrice. Cette approche toujours sensible est un fil rouge qui guide le parcours d'Ingrid, depuis son cursus en arts plastiques jusqu'à son cycle d'études en réalisation et scénario à la School of Visual Arts à New York en 2011, en passant par quatre de formation à l'École supérieure audiovisuelle de Toulouse. La jeune femme a déjà réalisé différents courts-métrages, dont certains sélectionnés dans de nombreux festivals.

La bourse Déclics jeunes va aujourd'hui permettre à Ingrid de s'entourer de techniciens professionnels et de collaborateurs artistiques pour créer les jeux de lumière qui constituent l'enjeu le plus ambitieux du film.

L'autre lauréate est celle de Pauline Androlus, 27 ans pour son projet intitulé : les yeux derrière la tête et consistants a une conception d'objets d'arts de la table ergonomiques pour personnes déficientes visuelles.

« Être designer pour moi, c'est analyser et déceler en amont les besoins de tous pour apporter la réponse qui, une fois là, apparaît comme évidente ! » explique Pauline qui applique cette philosophie à chacun de ses projets. Avec « Les yeux derrière la tête », la jeune femme propose une gamme d'objets du quotidien en s'appuyant sur la gestuelle et les réflexes des aveugles et malvoyants. Plus maniables, ces doseurs, carafes, plats ou assiettes sont utiles, mais également esthétiques, et font appel autant à la vue qu'au toucher.

Pour concevoir cette gamme accessible à tous, la jeune designer s'appuie sur une véritable passion pour la matière et le volume, ainsi que sur une solide formation et un diplôme supérieur d'arts appliqués en design produit mobilier à l'École Boulle. Son travail a déjà été exposé à la Biennale internationale du design de Saint-Étienne et aux Designer's Days.

Grâce à la bourse Déclics jeunes, Pauline va pouvoir entamer la réalisation de nouveaux prototypes et poursuivre la création de sa gamme dédiée aux arts de la table. Ces différents supports l'aideront à séduire de futurs éditeurs pour une production au service de tous.

À propos de la Fondation de France

Depuis 1969, la Fondation de France soutient des projets concrets et innovants qui répondent aux besoins des personnes face aux problèmes posés par l'évolution rapide de la société. Elle agit principalement dans trois domaines : l'aide aux personnes vulnérables, le développement de la connaissance (recherche, culture, formation) et l'environnement. Elle favorise également le développement de la philanthropie.

Elle aide les donateurs à choisir les meilleurs projets, conseille les fondateurs sur leur champ d'intervention, leur stratégie et sur le cadre juridique et fiscal le plus approprié. En 2013, elle a accompagné 744 fonds et fondations créés sous son égide, et consacré 128 millions d'euros à la sélection, la distribution et le suivi de 8600 projets. Indépendante et privée, la Fondation de France ne reçoit aucune subvention et ne peut agir que grâce à la générosité des donateurs.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir