Contenu principal

Message d'alerte

Des étudiants kinée du-syndicat FNEK manifestant le 12 octobre 2012Mardi 6 novembre 2012, plus de 2000 étudiants en kinésithérapie se sont rassemblés dans les rues de Paris afin de montrer leurs inquiétudes quant à l'avenir de leur formation initiale. La mobilisation physique a été le moyen pour les étudiants d'exposer leurs revendications qui ne sont pas prises en compte depuis le début du mandat du gouvernement. Une délégation composée de six étudiants a été reçue au Ministère des Affaires Sociales de la Santé par quatres représentants : deux conseillers du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, un représentant de la Direction Générale de l'Offre de Soins ainsi qu'un conseiller du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Les représentants de la Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie (FNEK) ont rappelé et défendu avec fermeté leurs revendications : l'intégration universitaire pleine et entière des instituts de formation, la reconnaissance du diplôme d'état au grade master, une première année de sélection universitaire majoritairement par la Première Année Commune aux Etudes de Santé (PACES), minoritairement par STAPS ainsi qu'un transfert de gestion des bourses des Conseils Régionaux vers les CROUS.

Face au mouvement des étudiants, le discours politique a changé : les revendications de la FNEK ont été entendues. Les deux ministères restent encore très flous quant à la poursuite des travaux de réingénierie et quant à l'application de la réforme à la rentrée 2013. Ces derniers ont cependant pris l'initiative de saisir l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et l'Inspection Générale des Affaires de l'Éducation Nationale et de la Recherche (IGAENR), afin de réaliser une enquête sur nos études. Cependant, aucun calendrier n'a été présenté à propos des prochaines échéances, la FNEK regrette et dénonce cet immobilisme par rapport à la dernière rencontre.

La FNEK a obtenu des promesses, les étudiants attendent des actes et resteront mobilisés, car ils n'ont pas obtenu entière satisfaction. Le réseau des étudiants en kinésithérapie se retrouve entièrement dans les valeurs prônées par le gouvernement que sont l'égalité des chances et la justice sociale. La FNEK demande au gouvernement de prendre ses responsabilités et d'agir pour la réussite des étudiants en kinésithérapie ainsi que pour l'optimisation du système de soins.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir