Contenu principal

Message d'alerte

Orthophoniste hopital Raymond-PoincareReçu le 14 octobre dernier, par les représentants du cabinet de la ministre de la Santé, du cabinet de la ministre de la Fonction publique, et de la Direction générale de l’Offre de Soins (DGOS), l’intersyndicale des orthophonistes1). Des représentants professionnels qui saluent la reprise d’un dialogue, mais qui regrettent l’absence de solution sur la disparition progressive des postes d’orthophonistes hospitaliers. Une déception, alors que le ministère de la Fonction publique reconnait le problème de l’attractivité des postes d’orthophonistes hospitaliers.

Absence également de la publication concernant la démographie et les statuts des orthophonistes, contrairement à ce qui avait été annoncé le 1er octobre par le ministère de la Santé. Pour la FNO et sa secrétaire générale, Mme Cécile CORALLINI, « il est maintenant clair que le dossier essentiel de la disparition progressive des orthophonistes dans les hôpitaux est dans les mains du ministère de la Santé ».

Une situation incompréhensible et ceux « malgré l’urgence que constitue cette situation, malgré la carence de soins aux patients qui en découle et qui entraine un surcoût à long terme de la prise en charge pour ces patients, et alors que le problème des salaires est central dans les vacances de postes, le ministère de la Santé n’a ouvert aucune perspective de revalorisation significative des grilles indiciaires correspondant à notre niveau de responsabilités et de formation », ajoute le communiqué de l'intersyndicale.

Un dossier en attente…

Si la FNO se félicite de la reprise d’un dialogue « respectueux », cette réunion n’aura pas selon eu permis de trouver des solutions concrètes, pour lequel la situation se révèle exactement la même que le 16 octobre 2013. Face à ce constat d’immobilisme, l’intersyndicale des orthophonistes annonce ne plus avoir d’autre choix que de refuser toute nouvelle rencontre sans obtenir d’abord des informations claires sur les solutions rapides qu’envisage, à court terme, le ministère de la Santé, avec au préalable les documents de travail nécessaire, promis depuis juillet dernier.

L’intersyndicale des orthophonistes en appelle maintenant au premier ministre et au Président de la République qui sont les garants de l’accès aux soins des patients dans les hôpitaux publics, alors même que de grands plans nationaux (Autisme, Alzheimer, AVC, handicaps, etc.) sont brandis sans mise en place des moyens nécessaires à l’effectivité des soins que seuls les orthophonistes peuvent fournir tout au long du parcours de soins.

Stéphane LAGOUTIÉRE

1) L’intersyndicale rassemblant : la FNO mais aussi : CFTC Santé et Sociaux, UFMICT-CGT, FO Santé-Sociaux,  FOF, CAPPE, SUD Santé-Sociaux, UNADREO, UNSA, et le CFO

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir