Contenu principal

Message d'alerte

Une classe accueillant des eleves handicapesAprès une manifestation le 16 décembre dernier concernant les AVS, avec un collectif départementale, AVS31 en colère (v.article), quatre syndicats d'enseignants : SNUipp FSU, Snudi FO, SE Unsa et CGT Educ'action ont manifesté devant le rectorat de Toulouse avant d'être y reçue par le directeur des services départementaux de l'Éducation nationale Jacques CAILLAUT. Un mécontentement qui peut se comprendre alors que la rectrice avait pourtant assuré la question du handicap comme sa priorité.

Des syndicats venus exprimer leurs colères contre la surcharge des classes ULIS c'est-à-dire accueillant des enfants handicapés.

Selon les syndicats et comme l'indique le tract distribué par la SNUipp FSU en effet, sur 64 ULIS, «15 classes dépassent les effectifs autorisés, soir 12 élèves par unité», dénonce l'intersyndicale. Une situation qui selon ces derniers ne va qu'en s'aggravant, et cela en école, collège ou lycée. Des enfants qui par leurs fragilités et leurs handicaps sont confrontés a règlement parfois difficile a totalement comprendre ou accepter. Une situation qui se retrouve également notamment dans les collèges ou un adolescent accepte souvent parfois mal la différence a l'heure ou l'anonymat c'est-à-dire en ressemblant le plus possible a copain, reste une valeur refuse.

Une réponse qui impossible faute de moyen...

Jacques CAILLAUT qui sur la question des surcharges et le nombre d'ouvertures possibles pour la rentrée aura refusé de répondre précisément affirmant simplement qu'« il y aura un temps pour cela, la préparation de la carte scolaire, le CTA, le CTSD ». Précisent néanmoins « que 17 Ulis école du département sont à 14 élèves ou plus. Cela représente 28 % des Ulis école du département. Nous ne comptons pas celle à 13, car à un près, nous n'en sommes pas capables (!). Donc oui, il y a un besoin et je vais développer le réseau des Ulis école. De plus, implanter une Ulis école, cela ne se fait pas comme ça. Il faut trouver une école qui adhère au projet ».

Revenant sur la question des AVS et des fin contrats dans lequel les syndicats qui revendiquent au plan national l'intégration des AVS dans un corps de la fonction publique de l'État qui permettraient de régler le problème du Turn Over et de la précarité pour ces personnels. Objet d'une manifestation le 16 décembre Jacques CAILLAUT, aura simplement affirmé « Nous savons qu'un fonctionnement d'équipe s'établit entre un enseignant d'Ulis école et un AVS – CO. Nous y veillons, mais là aussi nous faisons avec les fonctionnements qui nous est imposé ». Précisant que l'académie travailler « avec l'Agence Régional de Santé pour mettre en place un dispositif qui concernerait les élèves en situation extrême ».

A noté même avec la nouvelle circulaire, il est possible que les élèves d'Ulis bénéficient d'un AVSI dans certaines situations. Des parents ont porté plainte au tribunal administratif et ont gagné sur ce sujet.

Pour rappel Circulaire n° 2015-129

C'est ce qu'a annoncé Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l'Éducation nationale à l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, en même temps qu'un train de mesures. La création des ULIS dans le premier degré a été officialisée par la circulaire n° 2015-129 publiée au Bulletin officiel de l'Éducation nationale le 27 août 2015. L'ensemble de ce dispositif collectif prendra le nom d'ULIS : ULIS école, ULIS collège, ULIS lycée, ce qui permettra, selon le ministère, « une meilleure lisibilité pour les familles ». Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages font désormais partie des troubles auxquels pourront répondre les ULIS.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir