Contenu principal

Message d'alerte

Le Petit BLENDON Gashi 11 ans chez lui au Kosovo après son expulsionAlors que François HOLLANDE avait assuré lors de la campagne que lui président aucun enfant scolarisé ne serait expulsé. Une chance que n'aura pas eue BLENDON Gashi, 11 ans, qui avait été expulsé le 18 janvier 2012 avec ses parents et son jumeau Blendi vers le Kosovo d'où ils sont originaires. Une expulsion, que les associations APF et le RESF avaient tout fait pour empêcher évoquant déjà a l'époque les soins médicaux dont le jeune Gashi devait bénéficier.

Le jeune kosovar étant aussi hémiplégique suite à un accident vasculaire survenu dans ses toutes premières années. Il ne peut pas utiliser sa main droite et claudique. Pour rappel sa famille était arrivée clandestinement en France en avril 2011. Pendant que leur demande d'asile était traitée, les jumeaux sont allés à l'école, ont appris le français.

Grâce à un réseau d'entraide, la santé de Gashi a été prise en charge et une intervention chirurgicale était programmée pour le 21 mars au CHU de Reims. Une intervention qui ne pourra avoir lieu la demande d'asile ayant été rejeté. La famille sera alors arrêtée et transférée au centre de rétention de Metz, afin d'être expulsée le lendemain vers Pristina, la capitale du Kosovo le 19 janvier dernier. Trois mois plus tard un journaliste avait réalisé une interview le 23 avril 2012. « J'ai mal à la jambe, j'ai mal à la main et j'ai mal à la tête. Tout le temps », précise Blendon au journaliste...

Un retour toujours refusé...mais toujours possible ?

Le RESF garde l'espoir et quelle se fonde sur un cas similaire pour déplorer ce blocage. Il ya dix-huit mois Ardi VRENEZI, un polyhandicapé de 15 ans, était expulsé vers le Kosovo avec ses parents. Après une longue mobilisation engagée notamment par l'Association des Paralysées de France, Claude GUEANT avait cédé et autorisé le retour de l'adolescent qui a été opéré en France. Il y vit toujours, à Metz, avec son père qui travaille comme maçon, tout comme sa soeur, tandis que son jeune frère est collégien.

Un travail du reste ne sera pas facilité par l'actuel ministre de l'Intérieur, Michel VALLS, ayant confirmé au membre du RESF le refus du consulat de France au Kosovo la demande de visa déposée par la mère du jeune garçon. Le ministre évoquant tout comme le consulat, la possibilité pour l'enfant d'être soigné dans de bonnes conditions à Pristina.

Reste que les prochaines semaines seront aussi chargées pour l'association, et pour Richard MOYON, une des figures emblématiques du réseau, et ses troupes sont à nouveau sur le pied de guerre. Le Ministre Michel VALLS, qui devrait présenter a la fin janvier la nouvelle circulaire sur les critères de régularisation, dont un volet concerne les familles ayant des enfants scolarisés, devrait dans les prochaines semaines donner du grain à moudre au RESF.

Des élus politiques plus réservés !

Les hommes politiques n'auraient véritablement que le sens des promesses à l'heure des élections ou des campagnes électorales. C'est la question que pourrait être en droit de se poser à voir le comportement des élus socialistes ou de ceux ayant accédé depuis au Gouvernement. Ou sont est donc passé la volonté des signataires de gauche qui avait signé la pétition lancée par RESF. Des personnalités comme Christiane TAUBIRA, Cécile DUFLOT, Martine AUBRY, Jean-Paul HUCHON ou Bertrand DELANOË.

Cette fois, les signataires dans les rangs du PS sont beaucoup plus rares, à l'exception de nombreux élus du conseil régional de Champagne-Ardenne, où vivait la famille Gashi. On trouve parmi les premiers signataires les comédiennes Jeanne BALIBAR et Josiane Balasko, le cinéaste Laurent CANTET, la chanteuse Émilie LOIZEAU, et pour la sphère politique, Jean-Luc BENHAMIAS, Olivier BESANCENOT ou Daniel COHN-BENDIT.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir