Contenu principal

Message d'alerte

La stèle en mémoire des victimes d'AZF, après le passage des vandales © Serge Issaly/France 3 Midi-Pyrénées; Les stèles en mémoires des victimes de l'explosion de l'usine AZF, ériger sur l'ancien site en hommage aux victimes ont fait l'objet d'une dégradation importante. Un acte qui a provoqué l'indignation et la colère des victimes et des présidents d'associations et des élus locaux. Ce soir déjà le responsable, d'une des associations et anciens salariés et plusieurs autres personnes met en cause les gens du voyage. Une plaintes devrait être déposée dans les prochaines heures.

Des actes volontaires

Des lieux de souvenir pour des milliers d'hommes et de femmes blessées à jamais dans chair tant au niveau physique que psychologiques et plus de 10 ans après la blessure est toujours bien présente dans l'esprit des Toulousains. Deux actes bien distingue qui prouve le caractère volontaire, le premier sur celui de la stèle de l'association "Mémoire et Solidarité" (M et S), érigée dès 2001 sur le lieu de l'explosion, gisait au sol vendredi matin, ses attaches brisées. Cette stèle comporte les noms des 21 personnes tuées sur le site lui-même. Au total, l'explosion a tué 31 personnes et fait des milliers de blessés le 21 septembre 2001.

Le Second le monument de la mairie, inauguré en 2012 a l'occasion du congrès de la FNATH, a souffert, lui aussi. Composé de près de 400 mâts en inox disposés en cercles concentriques pour évoquer le cratère creusé par l'explosion, le mémorial est également jonché de détritus. Un des mâts a été peint en rouge, une carcasse de vélo d'enfant est abandonnée entre les tubulures métalliques.

Pierre Cohen se dit indigné...

Le Député-Maire de Toulouse a lui fait savoir dans un communiqué, qu'il condamné fermement les actes de vandalisme commis sur les stèles et le mémorial érigés sur l'ancien site AZF en hommage aux victimes de l'explosion de l'usine. « Je suis profondément choqué par cet acte scandaleux. C'est une offense à la mémoire des victimes et de l'ensemble des Toulousains. J'ai demandé aux services de la Ville de Toulouse de remettre les lieux en état et de restaurer les monuments endommagés dans les meilleurs délais. Je souhaite qu'une enquête soit ouverte pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire ».

Les gens du voyage réfutent les accusations

Interrogés, plusieurs membres de la communauté des gens du voyage installés dans un campement voisin ont dénoncé les agissements de nomades qui seraient originaires de Hongrie et qui étaient sur les lieux jusqu'à mercredi. Ils se sont dits révoltés. "Nous, on est de Toulouse. On se rappelle ce qui s'est passé ici. Même si on n'avait aucun emplacement, on se serait jamais mis là-bas" près des monuments, a expliqué sous couvert de l'anonymat, une femme du campement voisin. "On a beaucoup de respect pour les morts et je suis dégoûté. Ils nous causent du tort", a pour sa part déclaré Karl, 23 ans, installé lui aussi dans le campement jouxtant le no man ' s land qui accueille les trois monuments.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir