Contenu principal

Message d'alerte

Manon remerciant les visteurs de sa videosC'est l'histoire d'une femme, d'un destin.. .et un magnifique témoignage que celui raconté par  Manon, une jeune fille âgée de 20 ans. À travers une vidéo publiée sur Facebook dans laquelle elle expose la maladie dite du motard après un accident de moto sous le tunnel de Nanterre (Hauts-de-Seine). Une vidéo qui a saisi la toile depuis le 1er mars compte plus de quatre millions de vues. Loin d'être anxiogène, cette vidéo exceptionnelle montre les petits gestes du quotidien qu' elle doit effectuer dans sa vie de tous les jours. Cette jeune femme affiche avant-tout son envie et sa détermination de vivre.

Manon SLOMKOWSKI qui explique comment après le 21 mars 2014, date de son accident où elle a été atteinte d'une paralysie complète du plexus brachial, dite (la maladie du motard). 5 nerfs contrôlent un bras, 4 sont arrachés de ma moelle, donc irrécupérables. « J'ai déjà subi deux opérations, dont une greffe de nerfs. Mes chances de retrouver un jour une simple flexion/extension du bras sont minces. J'ai perdu à jamais l'usage du reste, dont la main » précise-t-elle.

Dans le texte d'accompagnement, elle décrit notamment les douleurs quotidiennes neuropathiques (difficilement supportables) dont souffrent également les personnes amputées. Son objectif étant, à travers cette vidéo, de montrer aux Français les soucis de son quotidien à cause de sa paralysie qui l'empêche tout bonnement de vivre comme elle le souhaiterait.

« Ma souffrance est physique, mais aussi morale, car mon corps est lourdement abîmé et fatigue plus vite que la normale. Je ne vivrai sûrement pas autant de temps qu'une personne valide. Je suis privée de ma passion, mais aussi de beaucoup d'activités; Ma famille s'inquiète pour moi et pour mon avenir. Ma force et ma volonté sont visibles. je le vis bien parce que je l'accepte. Voilà une infime partie de ce que j'ai dû réapprendre à faire », explique-t-elle.

Les dangers de la route...

Elle souhaite que son témoignage soit un vecteur de prise de conscience auprès des jeunes, « Nous ne sommes pas intouchables sur la route, ces 30 secondes, où je l'ai cru, m'ont blessée pour toujours. Vous ne voulez pas ça, conduisez doucement et prudemment », conclut la jeune ManonSLOMKOWSKI, privée de sa passion.

Stéphane LAGOUTIÉRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir