Contenu principal

Message d'alerte

Noel CALENDINI contraint a une greve de la faim pour retrouver sa digniteAlors que le secteur Hospitalier reste le plus mauvais élève de la classe dans le cadre de l'embauche des travailleurs handicapés avec un taux en dessous de 2,90 % en comparaison des deux autres fonctions publiques territoriales et d'État. Voila une affaire qui n'est pas faite pour redorer son blason déjà abîmé ! Depuis le 30 juin dernier, Noël CALENDINI a entamé une grève de la faim. Reconnu travailleur handicapé après deux accidents du travail, il ne peut plus exercer son métier d'infirmier, mais demande depuis des mois un poste de reclassement, en vain.

Un homme qui depuis son premier accident de travail en 2010, puis un second le 7 mai, Noël CALENDINI se trouve dans l'incapacité d'exercer sa profession d'infirmier. Reconnu par la MDPH en qualité de travailleur handicapé en qualité B, il est tout de même reconnu, apte à la reprise par le comité médical départemental. Il soumet dans ce cadre alors une candidature aux postes d'agent d'accueil administratif et de cadre infirmier.

Vivre une vie décente...

Un homme âgé de 51 ans, a qui aujourd'hui selon lui on refuse qu'il puisse mener une vie décente et travailler alors qu'il connaît des difficultés financières. « Je touche des indemnités journalières, mais cela fait deux ans que je suis à demi traitement », précise-t-il. Père de deux enfants a depuis trouvé un logement social grâce au service de la Ville, mais il ne parvient toujours pas à joindre les deux bouts entre loyer, pension alimentaire, factures de gaz et d'électricité...

Cet employé a qui son administration n'avait jamais pourtant rien eu a reproché, et qui le premier jour de cette grève de la faim le 30 juin a été reçu par la direction de l'hôpital qui affirme lui avoir confirmé tout "tout mettre en oeuvre pour l'amener à retrouver un poste de travail". L'administration qui a fait savoir qu'un bilan de compétence vient de lui être proposé et que le centre hospitalier recherche activement auprès d'établissements publics et privés des postes de reclassement.

La Rédaction / Avec AFP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir