Contenu principal

Message d'alerte

Le President association Vaincre l autisme en greve de la faim et le jeune BaptisteCommencé le 4 mai, il y aura demain 15 jours une grève, le président, M'Hammed Sajidi, de l'association Vaincre l'autisme poursuit son combat contre la décision du gouvernement sur l’avenir du Futuroschool de Paris et dénoncer la possible fermeture de cet établissement par l'ARS d'Île-de-France, situé dans le 11e arrondissement de Paris. Une décision qui selon est inacceptable et ne correspond pas aux promesses de prise en charge des autistes en France. Alors même que Ségolène Neuville vient de faire publier une circulaire contre l’arrêt du packing.

« Un projet innovant » menacé de fermeture
Après la fermeture en juillet 2015, d’un projet similaire a Toulouse, l’État n’ayant pas renouvelé ses autorisations et ses financements une situation similaire qui pourrait se renouveler pour celui de Paris ouvert en 2009 et qui bénéficie depuis de financements publics. Une Agence régionale de santé d'Île-de-France qui exige une nouvelle évaluation pour renouveler ses autorisations. Ce que refuse l'association Vaincre l'autisme, qui affirme avoir déjà organisé cette évaluation externe par un organisme agréé. Cette évaluation l'a qualifié "d'établissement d'excellence". Une réunion de l’ARS en date du 12 mai n’a pour l’instant semble-t-il avoir permit de trouvé une solution.

Une structure qui accueille 12 enfants, adolescents et jeunes de 3 à 25 ans, applique « au cas par cas » et en lien étroit avec les parents des méthodes éducatives et comportementales telles que l’ABA (analyse appliquée du comportement), recommandée par la Haute Autorité de Santé. « Les enfants autistes sont trop souvent orientés vers la psychiatrie alors que la mixité avec les enfants ordinaires est un facteur de progression indiscutable. Futuroschool offre une solution alternative d'intervention en milieu ordinaire avec la mise en place de programmes individualisés permettant à l'enfant de s'adapter à l'environnement dans lequel il évolue (école, domicile...) », explique l'association.

Pour M'Hammed Sajidi, cette situation est le fruit que de représailles de la part des services publics et du gouvernement après les différentes condamnations de par le Conseil de l’Europe, puis par le Tribunal administratif Ecole Futuroschool de Paris dans le 11e arrondissementde Paris en juillet 2015 pour « carences » de prise en charge de l’autisme. Son président qui expliqué son combat dans un message vidéo diffusé sur les réseaux sociaux.

Estimant ne comprendre cette situation, alors que l’État a été condamné pour carence et que Vaincre l’Autisme aurait « reçu 310 demandes d’ouverture de FuturoSchool en France, de la part des parents dans divers départements », s’interrogeant « comment se fait-il que des prises en charge qui répondent aux besoins des enfants soient menacées de fermeture, alors que l’État a été condamné pour carence ? » Un gouvernement, voulant faire améliorer le système, mais qui « est en réalité en train de faire pire, à savoir cloisonner et enfermer définitivement la prise en charge de l’autisme dans le médicalisé au détriment de l’éducation. Le gouvernement a les mains liées ». Ajouta-t-il.

Dans un communiqué du 11 mai, l’association qui n’espère pas réponse de l'ARS Île-de-France dans les prochains jours, face notamment au gouvernement qui selon elle « s’acharne à persister dans son erreur le médico-social est dans l’impasse depuis plus de 30 ans concernant la prise en charge de l’autisme,». M'Hammed Sajidi, et de lancer un appel à une manifestation nationale le 21 mai à Paris sous le slogan : « La révolution de l'autisme : autistes mais pas soumis ».

« Gestion et manque de gouvernance » selon le Gouvernement
Pour le Gouvernement et notamment la Secrétaire d’État, Ségolène NEUVILLE, celle-ci estime que cette décision est « situation actuelle de la structure expérimentale (financée par des fonds publics via des financements médico-sociaux de l'Assurance maladie) est liée à des problèmes importants de gestion et de gouvernance de l'association ». Précisant que Et précise que l’association gestionnaire ne respecte pas les règles et les demandes faites par une agence, il est « normal que cette dernière mette en œuvre les procédures prévues par le Code de l'action sociale et des familles ».

Répondant à l’accusation de représailles après la fermeture de celui-ci estime que cette décision et simplement la conséquence de raison similaires a celle que connait aujourd’hui l’établissement de Paris, des enfants dont Ségolène NEUVILLE précise qu’ils « ont tous pu bénéficier d'un accompagnement conforme aux recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS) et de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm) »

Bandeau appel a manifester le 21 mai a Bastille a Paris

Vaincre l’autisme...
L’association créée il quinze ans sous le nom Léa et Samy, a quitté le comité national autisme il y a deux ans en raison de ses désaccords avec le 3 e plan autisme (2013-2017), qui selon elle accorde encore trop de place à la « psychiatrisation » et la « médicalisation ». Un choix qu’avait refusé M’Hammed SAJIDI pour son propre fils âgé de 25 ans aujourd’hui qui aurait subit de maltraitance, dans un hôpital psychiatrique de jour. Il demande au psychiatre ce qu’il faut faire avec son fils. Sa réponse « Pour votre fils, il ne reste que la camisole ». Aujourd’hui, il est scolarisé à Futuroschool et « nous sommes en train de préparer son insertion professionnelle », indique M’Hammed Sajidi

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir