Contenu principal

Message d'alerte

François HOLLANDE lors de son discours de clôture de la Conférence Nationale en décembre 2014Après un discours et de nombreuses promesses en décembre 2014, François HOLLANDE, celle d’un rendez-vous désormais annuel sera telle la seule tenue ? Pour le reste, Emploi, Éducation, Accessibilité, notamment le bilan reste très mitigé au-delà de quelques avancées et la parution de quelques décrets ou circulaires qui auront mis parfois huit mois avant de paraître. Des associations qui semblent toutes d’accord pour dire « ont n’avance pas, ont recule ! ». Un discours pour cette 4e conférence demain 19 décembre, très attendu, peut être même de précampagne !

Une conférence nationale qui sera la dernière du mandat de François HOLLANDE, ou il devra revenir sur l’Emploi et progression fulgurante du chômage des personnes en situation de handicap, avec un taux qui dépasse les 23 %. Des promesses sur l’accessibilité que partiellement tenu, avec plus de 250 000 Ad’ap toujours pas déposé a ce jour et un décret contre les sanctions auquel il fallut attendre plus huit mois avant sa publication le 11 mai dernier. Le Chef de l’État tous comme une partie de son gouvernement présent dont la Secrétaire d’État en charge du handicap, Ségolène NEUVILLE, risque devoir une fois de plus répondre au mécontentent du milieu associatif.

CNH 2016 : entre table ronde et discours...
Une conférence nationale qui aura lieu à l’Élysée en format réduit à une matinée le jeudi 19 mai, en présence de cinq ministres, celle de l’Éducation nationale, Najat VALLAUD-BELKACEM, de Marisol TOURAINE en chargeConférence Nationale Handicap Segolene NEUVILLE des affaires sociales et santé, de la ministre du Travail, Myriam EL KHOMRI, Emmanuelle COSSE pour le logement et la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion, Ségolène NEUVILLE.

Se sont la ministre Marisol TOURAINE puis de sa Secrétaire d’État Ségolène NEUVILLE, qui auront le privilège d’ouvrir cette conférence avant que n’intervienne Marie-Sophie DESAULLE, chargée du projet « Une réponse accompagnée pour tous », une rencontre animée par Étienne PETITMENGIN, modérateur et secrétaire général du Comité interministériel du handicap. Une matinée qui se poursuivra jusqu’à 12h par trois tables rondes sur le logement accompagné ; L’emploi accompagné ou la scolarisation, l’enseignement supérieur et la formation tout le long de la vie. La CNH s'achèvera à 12h par le discours du chef de l'État.

Les associations regrettent « le manque de moyens à une politique inclusive »
Pour les quatre associations représentant le handicap, physique, mental, visuel, mais aussi les travailleurs handicapées avec la Fnath, « redoute que ce rendez-vous n’arrive que trop tardivement pour en attendre grand-chose » souligne l’Apf. Un sentiment partagé la FNATH qui voie là un « rdv sans relief et sans intérêt », ou comme l’indique la FAF dont son président Michel VINCENT, espère de cette conférence, « non de belles paroles, mais des actes ».

L’Unapei réclame les moyens d'une politique inclusive
À la veille de son congrès qui a lieu cette année à Colmar du 19 au 21 mai prochain, l’Unapei qui défend les intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles, si elle salue la dynamique politique engagée par le Président de la République en faveur d'une société inclusive. L’Unapei qui regrette les moyens pour y parvenir « Le chef de l'état doit enfin poser les conditions pour que toutes les personnes handicapées puissent vivre comme et avec leurs concitoyens maintenant ! » précise telle.

Souhaitant que le président de la République qu'il annonce pour 2017 « un plan Polyhandicap pour faire financer des mesures concrètes et avérées nécessaires depuis 2004 », quels moyens le gouvernement a donnés aux orientations du Président de la République en faveur d'une société inclusive ? S’interroge l’association pour lequel « les motifs de déception sont multiples tant sur les ressources des personnes handicapées, la compensation des conséquences du handicap et l'accessibilité à tout pour tous ne sont pas au cœur du débat », insistant sur « les 47 000 personnes handicapées qui restent encore sans solution ». Et ceux malgré le lancement en novembre 2015 d’un dispositif appelé « réponse accompagnée pour tous », destiné à permettre un parcours de vie sans rupture, pour les personnes en situation de handicap et pour leurs proches. Et sa présidente, Christel PRADO d’ajouter que « Les enfants en situation de handicap sont capables de grandir avec les autres et d'exercer à l'âge adulte leur citoyenneté, si nous leur en donnons tous ensemble les moyens ! ».

L’APF attend « un engagement fort »
Pour l’Association des paralysées de France, qui semble avoir privée le droit de parole certain des adhérents, comme dans le cas l’affaire Odile MAURIN, elle estime elle que la « la situation s'est largement dégradée ces dernières années. L'accessibilité a connu de graves reculs avec les ordonnances rétrogrades qui annulent l'obligation d'accessibilité ».

Prenant exemple des graves reculs celle « de l’accessibilité avec les ordonnances rétrogrades qui annulent l’obligation d’accessibilité, mais aussi l’emploi des personnes en situation de handicap en berne avec plus 500 000 personnes au chômage ». Un taux de chômage il vrai qui atteint des records historiques sous le quinquennat de François HOLLANDE et dépasse les 23 % pour les jeunes et le handicap mental sont les plus concernées. Mais aussi précise l’association les reculs en matière de ressource, toujours sous le seuil de pauvreté et les prestations de compensation du handicap sont revues à la baisse par les départements. Avec « Une revalorisation de 81 centimes par mois, aux bénéficiaires de l’allocation adulte handicapée (AAH) depuis le 1er avril dernier ». souligne l’Apf

Conférence Nationale Handicap Table Ronde Medico Sociale et Soin au miro la présidente de l'Unapei Christel PRADOS’agissant de l’accessibilité l’APF déplore le dispositif des Agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP), qui est un échec pour le gouvernement et de se poser la question, quand les personnes en situation de handicap pourront-elles circuler comme tout un chacun ?, ainsi que « d’autres retours en arrière ». Elle déplore les possibles dérogations à l'accessibilité pour les logements neufs (décret et arrêté du 24 décembre 2015).

Un fait qu’avait reconnu Ségolène NEUVILLE devant la commission des affaires sociale le 27 avril dernier. « Que plus de 25 % des établissements recevant du public (ERP) ne s'étaient toujours pas engagés dans la démarche de mise en accessibilité de leurs locaux ».

Mais aussi le projet de loi pour une République numérique en deçà des obligations d’accessibilité numérique, prévue par la loi de 2005 ou encore les discours sur les normes qui remettent en cause le principe même de l’accessibilité.

La Fnath de s’interroger sur l’utilité de la Conférence !
Si la Fédération nationale accidentée du travail et handicapée, l’importance de réunir l’ensemble des acteurs pour faire le point sur la situation concrète des personnes handicapées, elle précise que « la succession de table ronde ne présente que peu d’intérêt », elle s’interroge sur le choix du président de réunir une conférence tous les ans, aux lieux de trois ans. Une conférence qui s’annonce s'annonce à tel point sans relief et sans intérêt,

Une situation des « handicapées reste sur tous les plans difficiles, voire catastrophiques: exclues de l'emploi ou de l'éducation, vivant sous le seuil de pauvreté, dans l'impossibilité de se déplacer ou d'accéder à un établissement recevant du public, les personnes handicapées ne se sentent pas considérer comme des citoyennes à part entière » précise le communiqué. La Fédération, qui lors du vote a l’Assemblée nationale de loi sur travail la semaine dernière, avait regretté l’absence totale de la vision du handicap dans le projet de loi.

« En plein cœur d'une semaine de mobilisation sociale, cette conférence nationale du handicap ne pourra calmer la colère et la déception des personnes handicapées et de leurs associations. Sauf à ce que le président de la République profite de cette conférence nationale du handicap pour annoncer de véritables mesures concrètes pour les personnes handicapées, cette CNH, vraisemblablement la dernière du quinquennat, s'avère pour le moins inutile et sans intérêt », précise le secrétaire général de la Fnath, Arnaud de BROCA.

La FAF demande des actes au lieu de belle parole
Un rendez-vous que la Fédération des Aveugles de Français n’a elle pas voulu manqué pour faire entendre sa voix, espèrent de cette conférence, non de belles paroles, mais des actes. La FAF, portent un regard plus queConférence Nationale Handicap Philippe CHAZAL nuancé sur les quatre premières années du quinquennat. Au registre de ces grandes déceptions, « l’absence terrible de résultats sur la question de l’emploi des personnes handicapées en général et aveugles en particulier. Pire encore, les prélèvements inacceptables sur les ressources de l’AGEFIPH et du FIPHFP ».

Celle-ci ayant appréhendant notamment la réforme des MDPH et la volonté du gouvernement « de trop rapprocher les problématiques de prise en charge des personnes handicapées de celles des personnes âgées ».

Auquel s’ajoute bien sûr la question de l’accessibilité où comme l’Apf elle dit ne pas comprendre, « l’absence de volonté manifeste de prendre en compte les problèmes d’accessibilité des personnes déficientes visuelles dans la loi pour une République numérique, ne peut être oubliée ».

Mais pour la FAF la question capitale reste celle de l’accès au livre et au savoir et qui rappelle que moins de de 5 % des livres publiés chaque année dans notre pays sont accessibles. Comment peut-on imaginer d’inclure des personnes déficientes visuelles dans notre société s’ils n’ont toujours pas, en 2016, le droit de lire ? S’interroge la FAF qui dans un communiqué rappel avoir fait sur ce sujet des propositions concrètes, chiffrées et techniquement éprouvées. Une dernière conférence nationale du handicap du quinquennat qui représente selon la FAF « représente l’ultime chance pour le Président de la République de faire enfin une annonce forte qui laissera une marque positive sur la politique du handicap qu’il a menée. Les Aveugles de France sauront s’en souvenir.

La Fédération des Aveugles et Amblyopes de France avait fait sur ce point des propositions concrètes, chiffrées et techniquement éprouvées. Cette dernière Conférence nationale du handicap du quinquennat représente l’ultime chance pour le Président de la République de faire enfin une annonce forte qui laissera une marque positive sur la politique du handicap qu’il a menée. Les Aveugles de France sauront s’en souvenir.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir