Contenu principal

Message d'alerte

Le Chef de l Etat abordant les questions du travail lors de temoignageHormis quelques annonces « concrètes et attendues » notamment de l’éducation ou encore de celle de la prime d’activité, des réponses qui selon les dirigeants de la FNATH « ne suffira pas pour construire une véritable société inclusive comme tout le monde l’appelle de ses vœux ». Le chef qui pendant son discours aura lui affirmé « la prise en compte du handicap dans la loi travail », contrairement à ce qu’avait affirmé l’association le 13 mai. La Fnath qui reflète un avis que l’ensemble des associations exprime, à l’exception de l’APAJH, proche de la gauche.

Oui, mais « Cela ne suffira pas »
Dans un communiqué quelques heures après la clôture de cette 4e conférence nationale du handicap, si celle ce félicite les annonces concernant l’accompagnement des enfants handicapés. Ou encore l’élargissement de la prime d’activité aux bénéficiaires d’une pension d’invalidité ou d’une rente accident du travail et maladie professionnelle travaillant à mi-temps, une mesure demandée par les associations comme la Fnath, l’UNAPEI ou l’APF depuis plusieurs mois et qui avait été accordé aux bénéficiaires de l’AAH.

Quelques réponses concrètes qui ne pourront comme celle que l’allongement de la durée d’attribution de l’allocation aux adultes handicapés, « bien qu’encore insuffisants », ou celle de l’avancement des travaux impulsés dans le cadre de la réponse accompagnée pour tous, faisant suite au rapport de Denis PIVETEAU intitulé « Zéro sans solution ».

Une conférence dont l’association avait la veille de son ouverture, avait annoncé doutait de l’utilité de ce rendez-vous « sans relief et sans intérêt », placé sous le thème d’une société inclusive. Un thème pourtant rassembleur et que l’ensemble des associations et personnes en situation de handicap revendique depuis longtemps. Mais au-delà de témoignages généralement positifs, la Fnath regrette que ces derniers ne soient pas à l’image dans la réalité d’une société qui « reste majoritairement excluante et discriminatoire pour les personnes handicapées ».

Concernant l’accessibilité, la FNATH estime que ce discours n’aura pas été porteur « d’aucune mesure nouvelle n’a été annoncée alors que nombre d’établissements recevant du public restent à ce jour inaccessibles et ne sont pas rentrés dans la démarche des agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP), pénalisant ainsi dans leur vie quotidienne et dans leurs déplacements les personnes handicapées.

Emploi « absence d’une véritable politique »...
Un président de la République qui n’aura pas véritablement insisté hormis un message politique sur l’emploi comme celle du taux de chômage de 23 %. Ou lorsqu’il aura voulu insister sur la présence du handicap dans la loi de travail et de l’importance « ».

Un message ou des promesses comme le rappel l’association « avec les dizaines de milliers de personnes sont licenciées pour inaptitude dès lors que le handicap survient », mais surtout ajoute le communiqué « d’aucune véritable annonce accompagnée de moyens financiers dédiés pour améliorer l’insertion et le maintien en emploi des travailleurs handicapés ».

La « loi travail » regrette la FNATH qui dit regretter que celle-ci n’ait pas été « l’occasion de réformer les services de santé au travail afin d’en faire un véritable outil pour prévenir et accompagner les personnes devenant inaptes » en raison notamment « de l’intensification du travail ». Une solution que le texte vote avec le 49.3 n’aura pas choisi cette option.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir