Contenu principal

Message d'alerte

Lancement d un questionnaires en ligne par l unafamLes soins psychiatriques restent encore un mystère pour une grande part de la société dans la pratique envers les malades comme la maladie elle-même. Un sujet qui fait peur ! Pourtant comme pour les pratiques packing dans le l’autisme, le bien-être des malades et la prise en charge de ces personnes en grande souffrance et essentielle. Mais aussi éviter de nouvelle situation inacceptable comme celle du centre psychothérapeutique de l’Ain (Bourg-en-Bresse), a décidé de faire le point sur le vécu des personnes vivant avec des troubles psychiques et de leurs proches, en ouvrant une enquête nationale.

Éviter des « violations graves des droits fondamentaux »
Cette enquête ouverte par l’UNAFAM et le résultat d’une décision prise a la suite d’une visite faite a la demande de l’association 11 au 15 janvier 2016 dans le centre psychothérapeutique de l’Ain à Bourg-en-Bresse, par Adeline Hazan, Contrôleurs généraux des lieux de privation de liberté (CGLPL). Une visite dans lequel elle constate « un recours à l’isolement et à la contention utilisé dans des proportions jamais observées jusqu’alors » en "violation grave des droits fondamentaux" des patients selon ces termes.

« Ce que nous avons découvert à la lecture du rapport de la Contrôleure générale allait bien au-delà de ce que l’Unafam pouvait imaginer » souligne, Béatrice BORREL, Présidente de l’Unafam précise avoir découvert a sa lecture. Car si selon l’association l’isolement peut parfois être justifié pour permettre un retour au calme du malade, celui-ci doit être réévalué rapidement. L’association qui rappelle que l’alternative à l’isolement ne doit pas non plus être l’augmentation de médicaments. « Nous demandons que les équipes soient formées à la prise en charge des éventuelles situations d’agitation et d’agressivité des malades et se sentent responsables en dénonçant les pratiques auxquels ils n’adhèrent pas » précise Béatrice BORREL.
L’UNAFAM qui avait souligné à l’époque dans son communiqué que les pratiques du Centre de Bourg-en-Bresse ne représentaient « fort heureusement » pas les pratiques des établissements psychiatriques en général. Certaines équipes font un travail exemplaire. L’association ayant d’ailleurs récemment publié un recueil de bonnes pratiques en soins psychiatriques, dont devraient se saisir les pouvoirs publics afin de les diffuser.

Une enquête d’analyse sur le vécu des familles et des malades
L’association dont l’une des missions et de défendre les intérêts communs des familles et des malades et pour cela présente dans les différentes instances des établissements psychiatriques avec plus de 2000 bénévoles. Ces derniers peuvent ainsi par leur travail représenter les malades quand ceux-ci ne sont pas en capacité de le faire eux-mêmes.

Cette enquête "Représentation des usagers en psychiatrie", dédiée aux personnes vivant avec des troubles psychiques et à leur entourage auquel vous pouvez participer aura pour but notamment « d’assurer aux mieux ces mieux ces mandats de représentation », devrait permette « de faire le point sur le vécu des personnes vivant avec des troubles psychiques et de leurs proches, pour être au plus près de leurs attentes » précise le communiqué.

Des réponses anonymes et traitées par un organisme indépendant (Mediaprism) soulignent l’association et pour laquelle les résultats devraient être communiqués vers la fin octobre 2016.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir