Contenu principal

Message d'alerte

illustration assurance maladieAu lendemain de la primaire de la droite et du centre qui contre toute attente a mise François FILLION à la tête de cette liste le nommant de fait candidat officiel de la droite et du centre. Certaines de ces idées causent plus que jamais aujourd’hui de nombreuses interrogations au sein du secteur associatif comme les responsables de la FNATH. Une inquiétude pour cette dernier qui s’interroge malgré les quelques précisions porté par le candidat a l’élection présidentiel sur l’avenir de l’assurance maladie.

Pour preuve souligne la FNATH la parution d’une récente étude montre que les restes à charge ont augmenté pour certains soins. L’association réclame plus que jamais un large débat associant les usagers du système de santé comme celle du CISS.

Attention aux revenus modestes...
La FNATH qui a pris acte des déclarations de François Fillon, candidat de la droite et du centre pour la présidentielle, qui s'est engagé lundi soir à ce que les personnes "aux revenus modestes" ne soient "pas moins bien remboursées".

Les dirigeants de l’association qui appelle le candidat à travailler également avec les usagers du système de santé et les victimes du travail avant de prendre des mesures dont les conséquences seraient dramatiques pour l’accès aux soins des plus pauvres et des personnes malades, invalides, accidentés et/ou malades du travail et handicapées.

Sans faire de procès d’intention, il faut rappeler que c’est précisément, lorsqu’il était le Premier ministre du Président Sarkozy, que l’accès aux soins des personnes modeste est devenu encore plus compliqué avec la création des franchises médicales et autres déremboursements.

Le sujet est d’autant plus important que le bilan de la Gauche s’agissant des contrats « responsables » des mutuelles semble indiquer que le reste à charge des patients a eu tendance à augmenter pour certains soins entre 2015 et 2016.

Pour la FNATH, « une des manières d’aménager à une réelle justice sociale dans l’accès aux soins pour les ménages les plus modestes, consiste notamment à relever les seuils d’accès à la CMUc. Il faudra bien plus que de simples assurances pour convaincre qu’une réforme de l’assurance maladie garantira le principe de justice sociale ».

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir