Contenu principal

Message d'alerte

ceremonie d hommage officiel par francois hollandeDésormais libre de toutes critiques, mais alors que la France ne compte toujours aucun monument pour les milliers de victimes de personnes malades ou en situation de handicap, mortes ou abandonnées sans soins par le régime de Vichy. La présidence de la république vient d’annoncer que le président de la République se rendra sur le parvis des Libertés et des droits de l’homme au Trocadéro pour rendre hommage aux victimes civiles, handicapées ou malades de la Seconde Guerre mondiale.

Une cérémonie auquel particeperons M. Jean-Marc TODESCHINI, secrétaire d'Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire et Mme Ségolène NEUVILLE, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l'exclusion.

Une plaque en hommage aux victimes...
Un hommage qui permettra de se souvenir de ces milliers de personnes éliminer les personnes handicapées sous le régime de nazi dans le cadre d’une opération intitulée "Aktion T4" à elle construit a construit un mémorial pour les victimes malades ou handicapées du nazisme à Berlin.

La France et le régime de Vichy prendront soin avec une complicité certaine de laisser mourir faute de soin et d'alimentation des milliers de personnes dans les hôpitaux, et en particulier en psychiatrie. Si ce discours est le bienvenu notamment pour l'universitaire lyonnais Charles GARDOU qui avait lancé une pétition qui a regroupé a ce jour plus de 75 000 signatures.

Cette cérémonie sera aussi l’aboutissement d’un long combat qui avait débouché en 2013 par la création d’un mouvement. Pour ce dernier la « démarche n'est pas seulement tournée vers le passé. Rendre hommage à ces morts, c'est aussi dire quelque chose de notre temps présent, attirer l'attention sur le fait qu'on néglige trop souvent les plus vulnérables »

L'objectif est de ne pas laisser s'éteindre le souvenir de toutes ses personnes handicapées mortes pendant la guerre. On avance le chiffre de 50 000 personnes qui, internées, sont décédées par abandon, absence de soin ou sous-alimentation.

Une promesse et un geste que le président de la République avait promis en février 2015 dans un courrier adressé à Charles GARDOU, affirmant qu'il fallait « rappeler le souvenir et honorer ces victimes ». Il avait alors demandé que soit effectué un rapport sur le sujet remis par l'historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, Jean-Pierre AZEMA en octobre 2015 au secrétaire d'État aux anciens combattants et à la mémoire, Jean-Marc TODESCHINI et a Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d’État en charge des personnes handicapées. Un document réalisé dans le cadre d’une mission intitulée : Mission sur le drame que les personnes handicapées mentales ou malades psychiques ont connu dans les hôpitaux psychiatriques et les hospices français entre 1941 et 1945.

Un hommage qui reste au minimum et pour lequel il reste difficile à comprendre et que l’importance du lieu et de la stèle soit érigée en fonction du nombre de victimes et non de leurs simples existences !!!

Stéphane LAGOUTIERE

Source : Palais de l’Élysée

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir