Contenu principal

Message d'alerte

Philippe CROIZON et toute son equipe et son co pilote sur la ligne d arriveePartie le 1er janvier dernier sous le N°352, "On est heureux » ont est à Buenos Aires, « c'était l'objectif principal ». Un nouveau challenge réussi pour cet homme amputé des quatre membres qui est arrivé en 48e position avec son copilote Cédric DUPLE sans qui rien n’aurait été aussi possible, au classement général. 52h44 après le vainqueur de la course Stéphane PETERHANSEL. Une course qui aura été dure et éprouvante pour l’homme comme pour la voiture où il aura connu quelques frayeurs !

« Le pari est réussi, c'est le rêve absolu: on est finishers du Dakar », affirme l’homme dans un vidéo sur twitter ou il raconte son bonheur et sa joie d’avoir put participer a ce rallye, mais aussi sa surprise face a l’accueil de la population et le cas de cette femme qui l’avait suivit sur Facebook et venu l’embrasser. Cela a été dur, fatigant, mais je pris du plaisir, expliquait-il. En termes de pilotage, je pris mon pied, car j'ai vraiment mon bolide en main » avait-il confié quelques jours auparavant, concluant a l’arrivé que « oui tous est possible est rendez vous pour la prochaine aventure ».

Un parcours du combattant...
Philippe CROIZON qui malgré les épreuves et les difficultés n’avoir jamais pensé à abandonner et ceux malgré le vécu de galère sans nom" a raconté le Châtelleraudais sur son twitter, qui a également connu « des pannes à chaque Philippe CROIZON Dakar 2017étape. C'était tout le temps. (...) on a fait trois journées marathon sans se laver, sans rien, à dormir à côté de la bagnole (...) C'est tellement dur, tellement violent, le froid, l'altitude, le chaud...».

Soulignant la chance d’avoir pu avoir « un copilote extraordinaire Cédric DUPLE, (...) A chaque fois qu'on tombait en panne, on se remotivait ensemble. C'était dur, mais c'était très fraternel. ». Une épreuve plus éprouvante, d'après lui, que ses précédents défis: traverser la Manche puis relier les cinq continents à la nage, en passant par quatre détroits.

Il a fallu 13 mois de préparation à Philippe CROIZON et son équipe, notamment pour boucler son budget. Il a été aidé par Nasser Al-Attiyah, vainqueur du Dakar en 2011 et 2015 et premier leader de l'épreuve cette année. « Sur le podium j’ai pensé à tous ceux qui m’ont accordé leur confiance, les partenaires, les sponsors et tous les membres de l’équipe qui m’ont permis de mener à bien ce projet un peu fou, » indique Philippe Croizon. « J’ai ressenti une joie incommensurable. Cette aventure a été au-delà de ce que j’avais imaginé en termes de souffrance physique et morale. Je suis vraiment fier du résultat. »

Stéphane LAGOUTIERE

Source : Dakar 2017 / Compte Twitter CROIZON

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir