Contenu principal

Message d'alerte

Jean-Christophe PARISOT lors d'une cérémonie en tant que sous préfet en Languedoc-RoussillonRoselyne BACHELOT, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, et Marie-Anne MONTCHAMP, secrétaire d'État auprès de la ministre chargée des solidarités et de la cohésion sociale, on tenu a félicité Jean-Christophe PARISOT qui a était nommée en Conseil des ministres aujourd'hui 15 février, préfet hors cadre chargé d'une mission de service public relevant du gouvernement à compter du 1er mars 2012. À 40 ans, ils dévient ainsi le premier préfet handicapé en France. Une nomination qui intervient en pleine campagne présidentielle qui permet au président au lendemain de sa candidature et au gouvernement de conforter son soutien au handicap.

Diplômé de Sciences Po, Jean-Christophe PARISOT est devenu sous-préfet dans le Lot en 2008 et sous-préfet en charge de l'égalité des chances et de la cohésion sociale en Languedoc-Roussillon en 2010. Il aura effectué entre-temps effectué un passage le cabinet du maire d'Amiens, Gilles de Robien, dont il était la plume, puis le ministère de l'Éducation nationale en tant que délégué chargé du handicap. Un parcours exceptionnel pour ce petit-fils de résistant, diacre, a 35 ans et père de quatre enfants.

La ministre et la Secrétaire d'État saluent la détermination et l'expérience de Jean-Christophe PARISOT. Celles-ci affirment que sa nomination démontre la nécessité de faire évoluer le regard que notre société porte sur les personnes en situation de handicap. Un geste beaucoup trop exceptionnel malheureusement pour lequel on ne peut parler « de mobilisation » comme l'affirme Roselyne BACHELOT.

Jean-Christophe PARISOT qui s'était confié en octobre 2011 avec la parution d'un livre intitulé «Préfet des autres», un livre autobiographique où il raconte son parcours sa vie d'étudiant, de famille et aussi de président d'un mouvement politique concernant le collectif des démocrates handicapés !

« préfet en mission de service public »

Coûteux, le système des préfets en mission de service public semble être appelé à perdurer, « tous, à gauche comme à droite, en profitent, espère en profiter ou en faire profiter un ami, un jour ou l'autre. Ce qui est en réalité un scandale d'État bénéficie d'un habillage légal dont tous les politiques s'accommodent en silence ». Le système de nomination des préfets « en mission de service public relevant du gouvernement », les qualifiant de « préfets fantômes ». Des nominations abondamment pratiquées par François Mitterrand, Jacques Chirac et aujourd'hui Nicolas Sarkozy.

Des préfets dont la fonction est précisée dans le décret du 29 juillet 1964, et modifiée le 16 février 2009. Ce dernier stipulant notamment que « les nominations préfectorales impliquent affectation sur un poste territorial. Cependant, des nominations peuvent également être prononcées, dans la limite de sept postes, sur des emplois supérieurs comportant une mission de service public relevant du gouvernement. Les intéressés sont alors placés sur un emploi de préfet hors cadre pour une durée maximale de trois ans qui peut être prolongée de deux ans ».

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir