Contenu principal

Message d'alerte

Arrivee sur Paris et le Parvis des droits de l homme la marche des oublies partie de Nantes le 25 mars 2017Partis le 25 mars dernier de Nantes en Loire-Atlantique, Yoann, Jean-Pierre, Philippe et Nicolas, membres de l’APF avait lancé la "Marche citoyenne des oubliés". Une marche avec l’objectif de porter les revendications aux candidats a l’Élysée, des citoyens en situation de handicap, mais aussi de tous les exclus et souffrants de pauvreté. Quatre personnes en Hand bike et vélo béquilles, qui après un trajet de près de 450 km sont arrivée aujourd’hui a Paris après dix jours sur les routes. À l’arrivée entre 250 personne environ ont fait le déplacement, pour les candidats aucun n’aura fait le déplacement à l’exception de Nicolas DUPOND-AIGNAN !

"Nous sommes tous des électeurs"
Quatre hommes qui ont accueilli sur le parvis des droits de l’homme par de nombreux Français qui n’auront pas hésité à sortir les pancartes, "Nous sommes tous des électeurs ou encore "Plus de bâtons dans les roues" et de marteler a vive voix "Liberté, Égalité, Fraternité, vous nous avez oubliés". Des revendications sans détour pour ces hommes et femmes qui ont le sentiment plus que jamais et 12 ans après le vote de la loi de 2005, l’échec de l’inclusion éducative, de l’accessibilité ou encore de l’emploi avec un taux record de 23 % ne pas être entendu !

Des Français qui sont aujourd’hui près de 12 millions à vivre en situation de handicap en France selon l'Insee. Si deux candidats comme Natalie ARTHAUD ne rien prévus dans leurs programmes au sujet du handicap, la majorité proposant des mesures sur l’emploi, l’éducation, l’autisme ou encore l’accessibilité, mais aussi celles des revenus avec une progression variant de 200 a 400 € pour Jean-Luc MELANCHON qui souhaite atteindre l’équivalent d’un SMIC.

Des droits trop souvent oubliés, comme l’exprime Jean-Pierre CHAMPON pour qui cette marche était une nécessité afin que nos futurs présidentiables puissent vraiment se réveiller puisqu’aujourd’hui touche à la fois les personnes handicapées qui sont ou dans la rue ou qui ont des problèmes pour se faire soigner ». Des personnes handicapées qui sont aujourd’hui près 1,2 million à vivre sous le seuil de précarité

Un sentiment partagé par Philippe Raimbaud, 58 ans mariés, et père de deux enfants, est l'un des trois autres marcheurs citoyens pour qui la situation des personnes handicapées « vivant avec allocation de 808 est inadmissible d’autant plus quand celle-ci voit sa pension supprimer totalement ou partiellement, car les revenus de son conjoint son prise en compte de l’AAH. Des revenus qui me condamnent à vivre avec une pension de 350 par mois, car le salaire de ma femme est trop élevé.».

Cette marche est "un cri d'alarme", a expliqué Prosper TEBOUL, directeur général de l'APF, rappelant que seuls 8% des personnes handicapées disent avoir confiance dans la classe politique, contre 36% avant l'élection de 2007, selon un sondage IFOP.

Tri sélectif parmi les candidats... ?
À l’arrivée beaucoup de monde, venu soutenir ces quatre membres de l’APF, mais une nouvelle les onze candidats invités à être présent, aucun n’aura été présent à l’exception de Nicolas DUPONT-AIGNAN (Debout la France) qui aura tenté de se joindre a la manifestation affirmant avoir repris un certain nombre de leurs propositions. Le candidat qui aura néanmoins été renvoyé sans ménagement par des militants semble-t-il par de farouches partisans, dont l’APF, craindre toute « récupération politique ».

Une association dont le rôle est discuté avec les élus et responsables de la société civile, afin d’améliorer la vie quotidienne des personnes handicapées et notamment motrices pour l’APF, peut-elle véritablement demander le respect de la démocratie et l’égalité de tous et empêcher l’un de ces représentants d’être présent a une manifestation publique alors que l’ensemble des candidats était invité a venir ?

Non, la encore il s’agit d’une faute tout comme la commise le comité d’entente en auditionnant que certains candidats, qui par ailleurs n’auront envoyé que leurs représentants et écartant Marie Le Pen, mais invitant des partis d’extrême gauche voire des trotskistes a s’exprimer. Une association qui ne peut demander à la fois aux candidats de s’exprimer et dire ensuite qu’il souhaite éviter toute « récupération politique », la thèse ne tient pas et n’a aucun sens !

Après avoir rencontré Emmanuel MACRON, dont l’ancienne Présidente à rejoint le Mouvement en Marche, elle affirme avoir rendez-vous au QG de Nicolas DUPONT-AIGNAN, ce 12 avril et pour Benoît Hamon, le13 avril.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Source : La Marche citoyenne des oubliées / APF 2017


La Marche Citoyenne des oubliés par ericreze

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir