Contenu principal

Message d'alerte

Des enfants autistes intégrés dans le cadre du projet 3i soutenu par l'association Autisme Espoir Vers l'Ecole (AEVE)La France compte aujourd’hui environ 650 000 autistes, dont environ 250 000 enfants, sachant que l’on estime aujourd’hui qu’un enfant sur 80 ou 100 naît avec des troubles autistiques. Alors que la concertation sur le 4e Plan Autisme a été lancée cet été par le Gouvernement, l’association Autisme Espoir Vers l’Ecole (AEVE), publie aujourd’hui les résultats d’une enquête1) Médiamétrie évaluant la satisfaction des parents pratiquant ou ayant pratiqué cette méthode pour leur enfant autiste. Une première qui confirme les « résultats de cette méthode » pour l’AEVE.

Une méthode de 3i dont l’AEVE œuvre depuis 12 ans pour sa reconnaissance, pour lequel des études scientifiques sont en cours et doivent venir affirmer cette approche dite "innovante" et être prochainement recommandées par la Haute Autorité de Santé (HAS). Parmi ces études on peut notamment citer celle sur trois enfants autistes suivis pendant 2 ans par la méthode 3i par le Psychologue Le GUEN et le Dr D. BRENGARD Pédopsychiatre.

Près de 93% des parents satisfaits…
Une étude réalisée du 31 août au 20 septembre 2017, auprès de 193 parents ayant un enfant qui suit ou ayant suivi la méthode des 3i pendant au minimum pendant 9 mois. Parmi ces enfants près de 60% sont diagnostiqués d’un autisme sévère ou typique et plus de 7 enfants sur 10 ont bénéficié, avant, d’autres prises en charge (SESSAD, CMP, CAMP, …)

Si 93% des parents se sont dits satisfaits des progrès de leur enfant grâce aux 3i, 96% d’entre eux déclarent qu’ils recommanderaient celle-ci à d’autres parents. Des parents dont 97 % « déclarent apprécier de cette « méthode son caractère naturel et respectueux des particularités autistiques ». Mais également son aspect innovant et efficace pour 94 % comme son cout peu élevé par rapport aux autres prises en charge. Selon l’AEVE, « à l’issue de la 1ère année d’application de la méthode, plus de 9 enfants sur 10 ont enregistré des progrès en termes d’intérêt pour l’autre et plus de 3 enfants sur 4 participent plus fréquemment à la vie familiale ». Ainsi plus de la moitié des enfants ayant suivi cette méthode emboîtent le pas à une scolarité, dont 38% en école ordinaire.

Des progrès constatés après 3 mois…
Des parents déclarent aussi dans cette étude réalisée par téléphone, avoir constaté des progrès dès les 3 premiers mois du programme, notamment au niveau du regard (91%) et de la présence (90%). Des effets positifs qui sont encore plus prégnants au bout d’un an. Les parents sont 93% à noter que leur enfant exprime de l’intérêt pour l’autre, et 92% une conscience et une présence grandissantes. Enfin, les parents constatent également que leur enfant est heureux (98%), présent à l’autre (97%) et joueur (93%).

La reconnaissance d’une méthode…
Une méthode qui repose sur l’aménagement d’une salle de jeu réservée à l’enfant et sur le relai de bénévoles auprès de lui. Cette salle de jeu représente un cocon sensoriel pour l’enfant (selon 96% des parents), un « berceau » où il peut reprendre son développement (96%), un lieu de bonheur et de sécurité pour lui (94%).

Si les trois quarts des parents ont vu plus de 20 intervenants (bénévoles) se succéder auprès de leur enfant, 93% considèrent que ce nombre ne l’a pas perturbé. Ces bénévoles sont à leurs yeux des gens affectueux (83%), les premiers amis de leur enfant (72%), un soutien moral au quotidien (75%) et constituent pour eux de véritables amis (78%). Cependant, les parents soulignent certaines difficultés comme l’insuffisance des aides financières, l’emprise sur l’environnement familial, et les plannings difficiles à mettre en place.

Une situation pour lequel Catherine De La PRESLE, fondatrice et directrice d’AEVE estime que les « pouvoirs publics ne peuvent plus ignorer cette méthode. Le recul que nous avons désormais sur celle-ci doit les conduire à suivre la recommandation de la HAS, formulée en 2012, demandant l’évaluation des méthodes émergentes ». Une situation que vient « confirmer cette étude » pour cette association, auditionnée par les commissions-École et Recherche dans le cadre du 4e Plan Autisme, et qui « espère voir le travail de ses 6 500 bénévoles et ses 45 psychologues qui font le succès de cette méthode, enfin reconnu ! » conclut Catherine De La PRESLE. Pour prouver que la méthode des 3i est efficace, il faut montrer que cette thérapie est plus efficace qu’un simple accompagnement, et les études scientifiques sont toujours pour certaines d’entre elles toujours à l’étude.

Stéphane LAGOUTIERE

Sources : AEVE

1) Etude réalisée du 31 août au 20 septembre 2017, auprès de 193 parents ayant un enfant qui suit ou a suivi la méthode des 3i (au minimum pendant 9 mois). Près de 60% des enfants sont diagnostiqués d’un autisme sévère ou typique et plus de 7 enfants sur 10 ont bénéficié, avant, d’autres prises en charge (SESSAD, CMP, CAMP, …)

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir