Contenu principal

Message d'alerte

Après plusieurs mois d'une enquête longue et détaillée comptant quelque douze caisses de plusieurs milliers de pages de témoignages le procès en béatification de Jérôme Lejeune a déclaré clos le 11 avril dernier à Notre-Dame de Paris. À cette occasion Mgr Éric de MOULINS-BEAUFORT, évêque auxiliaire de Paris, a présidé la « 2012.04.12.le-professeur-jerome-lejeunemesse annuelle pour la vie » pour laquelle certains participants venaient d'Italie, d'Espagne ou d'Argentine pour rendre hommage au médecin chercheur, Lauréat du prix Kennedy en 1962 pour sa découverte de la cause de la trisomie 21.

Cette étape mettra un point final à près de cinq ans de recueil d'informations, commencé le 28 juin 2007. Une vingtaine de bénévoles, historiens, scientifiques et théologiens y ont participé, répartis dans trois commissions. Un travail qu'Anne DUGAST, vice postulatrice de la cause, décrit comme « intense » tout en restant prudente sur l'avenir de ce dossier. « Depuis 2007, nous avons reçu des témoignages du monde entier. Des personnes sensibilisées à la question du handicap ou touchées par la façon dont le professeur pensaient l'unité entre la foi et la science.»

Marié et père de famille, médecin et chercheur, père de la génétique moderne, Jérôme LEJEUNE décédé en 1994. Médecin et chercheur, père de la génétique moderne, c'est, en 1959, que Jérôme LEJEUNE avait signé en premier les travaux des docteurs Marthe GAUTIER et Raymond TURPIN, mais seul Lejeune, qui n'avait pas participé directement aux travaux de recherche, a depuis été associé à l'identification du gène responsable de cette trisomie. Il sera d'ailleurs récompensé à ce titre en 1962 par le prix Kennedy. Connu pour avoir soigné et accompagné de très nombreux patients atteints de déficience intellectuelle.

Reste tout de même Jérôme LEJEUNE restera un opposant virulent à la contraception et à l'interruption volontaire de grossesse en devenant conseiller scientifique de l'association "Laissez-les vivre" en 1971, qui conteste toujours la législation française en organisant des actions contre les centres d'IVG et en intimidant les professions médicales. Proche des milieux catholiques ultraconservateurs et du pape Jean-Paul II, Jérôme Lejeune sera le premier présidant l'Académie pontificale pour la vie. Jérôme Lejeune. Jean-Paul II qui lors de son voyage en France pour les Journées mondiales de la Jeunesse était allé se recueillir sur sa tombe.

Béatifié ? La décision est désormais entre les mains du Vatican et notamment de la Congrégation des causes des saints qui prend désormais le dossier en charge et nommera un rapporteur, avant de se prononcer sur l'héroïcité des vertus du professeur. Il faudra ensuite la reconnaissance d'un miracle dû à son intercession pour que Jérôme Lejeune soit déclaré bienheureux. Une instruction qui pourrait encore durer quelques années.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir