Contenu principal

Message d'alerte


2009.10.27 — Première cause du handicap chez l’adulte en France l’accident vasculaire cérébrale (AVC) plus de 130 000 personnes chaque année dont un quart chez les moins de 65 ans gardent pour 75 % d’entre eux des séquelles a vie. Dans le monde 15 millions en sont victime chaque année selon l’OMS en sont victime, dont 25 % à 35 % suivant les pays en décèdent. Roselyne BACHELOT annoncera le 29 octobre quatre axes de stratégies suite a la remise d’un rapport pour lutter contre son évolution et d’une meilleure connaissance de risque pour le grand public. Le thème de cette sixième édition sera « AVC, que puis-je faire ? ».

 

Cette question concerne tout le monde, car nous pouvons tous faire quelque chose concernant l’attaque cérébrale. Nous pouvons tous découvrir notre risque d’AVC, faire quelque chose pour diminuer ce risque, apprendre les signes de l’attaque cérébrale, savoir comment réagir aux signes de l’AVC.

 

En France, entre 120 000 et 130 000 personne sont chaque année victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Un quart des personnes atteintes décèdent dans un délai relativement court, la moitié survit, mais doit faire face à des handicaps plus ou moins importants représentant 300 000 personnes environs, un quart enfin en réchappe sans séquelles. Les AVC représentant dans l’aspect économique une charge financière pour les pays, en France à ou au Royaume-Uni a 5 % du budget annuel de la santé. Nos sociétés étant en partie responsable de cette situation par des facteurs de risque parmi lesquels l’hypertension artérielle, l’alcoolisme, le tabagisme, le diabète, une surcharge pondérale ou une trop grande sédentarité. Des facteurs si ils évités pourrait réduire le nombre de personnes chaque année.

 

Nous avons demandé au Dr France Woimant Neurologue, Unité neurovasculaire, Hôpital Lariboisière, Paris et vice-présidente de France AVC de répondre a quelques questions essentielles vous pourrez trouvez la totalité des questions dans la rubrique interview.

 

F.H.I — Accident vasculaire cérébral c’est quoi exactement ? Dr. France Woimant — Le plus fréquent est l’infarctus cérébral (80 % des AVC) dû à l’occlusion d’une artère par un caillot; une partie du cerveau n’est alors plus vascularisée. L’hémorragie cérébrale (20 % des AVC) est provoquée par la rupture d’une artère du cerveau. Un diagnostic doit être posé très rapidement au moyen de l’imagerie (scanner ou IRM), afin de prescrire un traitement adapté. L’âge moyen des personnes qui font un AVC est de 73 ans ; mais un quart des patients a moins de 65 ans et pratique encore une activité professionnelle.

 

Des Politiques peu engagées !

A l’occasion de la journée mondiale de prévention de l’accident vasculaire cérébral, la ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot présentera le 28 octobre en Conseil des ministres, trois mesures relatives à l’amélioration de la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux. La première consistante a une prise en charge précoce par la prévention et l’amélioration de la rapidité des prises en charge, pour réduire le taux d’invalidité et de décès. La création d’une filière de soins « dans laquelle les différentes phases de prise en charge seront organisées, depuis l’urgence, jusqu’à la réadaptation, en s’appuyant sur la télé-médecine pour confirmer le diagnostic à distance et rapprocher l’expertise de la population ». Enfin, l’instauration d’un suivi et d’une évaluation de ce dispositif dès 2009 en utilisant des indicateurs de performance des filières d’urgence.

 

Trois semaines auparavant devant le congrès de l’association France AVC, Roselyne Bachelot, avait notamment présenté la synthèse du rapport remis par le Dr. Élisabeth Fery-Lemonnier, en juin 2009, félicitant celui-ci pour son excellent travail. Rappelant quel lui avait fait «Part à fin novembre 2008 de ma volonté ferme d’agir sur cette question de santé publique, majeure, mais méconnue, qu’est l’accident vasculaire cérébral (AVC), et je vous annonçais la création du comité de pilotage sur la prévention et la prise en charge des AVC auquel nombre d’entre vous à travers ce rapport, mesdames et messieurs, avez activement participé ». Rappelons aussi a madame la ministre le rapport janvier 2009 rendu par INVS qui demandé notamment environ trois millions et demi de personnes sont en situation de handicap en France. La HAS considère que « l’accès aux soins courants constitue l’un des enjeux majeurs de l’égalité des chances ».

 

A ce titre l’association SOS Attaque cérébrale vous propose un teste calculer votre risque d’accident vasculaire cérébrale, en huit questions, aucunement médicales, mais simplement informatives, mais très intéressant tout de même ! La Haute Autorité de Santé a rédigé, a aussi émis des recommandations de bonne pratique sur la prise en charge initiale de l’AVC dans un document envoyé au Ministère de la Santé.

 

Même si un peu long le rapport parlementaire remis a l’Assemblée nationale le 27 septembre 2007 intitulé : la prise en charge précoce des accidents vasculaires cérébraux, et réalisés par le Député Jean Bardet permet aussi une évolution plus approfondie auquel s’ajoutent certaines données européennes.

Stéphane Lagoutière

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir