Contenu principal

Message d'alerte

Logo Journee_Mondiale_des_Droits_de_l_hommeInstitué en 1950 par le vote d'une résolution au Nation-Unis, la journée des droits de l'homme célébré le 10 décembre afin de promouvoir auprès de tous les peuples la Déclaration universelle à atteindre par tous et par toutes les nations. Une journée ou le Collectif pour une France accessible à voulu rappeler que « l'accessibilité est une condition de la liberté, de la citoyenneté et de la participation sociale ! ».

Rappelant également au gouvernement son obligation « qu'ils ont le devoir de respecter les engagements internationaux et de faire appliquer le fameux principe de la conception universelle » précise le communiqué. Une journée qui fête cette année son 65e anniversaire.

L'accessibilité un enjeu de société.

Un combat dans lequel le collectif n'hésite pas a prendre la citation de Martin Luther King « Il vient un temps où la coupe est pleine et où les hommes ne supportent plus de se trouver dans les abîmes du désespoir. J'espère, Messieurs, que vous pourrez comprendre notre légitime et inévitable impatience ! ».

Un collectif qui entend dans son communiqué dénoncé la politique française depuis Nicolas SARKOZY à celle de François HOLLANDE, estimant avoir manqué à ces promesses de la conférence nationale du handicap et à son discours. Des associations qui reproche notamment a ce gouvernement le vote l'ordonnance du 26 septembre 2014 et la loi du 5 août 2015. Un vote qui selon eux « méprise le droit fondamental à la liberté et à un égal accès aux biens et services de chaque citoyen. L'accessibilité est un véritable enjeu de société qui concerne l'intégralité de la population ».

Nos responsables politiques auraient-ils oublié la signature et la ratification des engagements internationaux ? Non, mais il semble que ces derniers est semble-t-ils préféré plier sous la pression de certains lobbies professionnelle et politique, oubliant parfois partiellement le principe de la conception universelle, dont les associations exigent qu'ils soient appliqués. Comme le demande le secrétaire général des Nations unies « En cette Journée des droits de l'homme, engageons-nous de nouveau à garantir les libertés fondamentales et à protéger les droits humains de tous ». L'accessibilité est un véritable enjeu de société qui concerne l'intégralité de la population elle aussi le moteur de l'une des libertés de l'homme, celle de son droit circuler librement.

Le droit vivre librement au-delà de sa différence

A l'occasion de la journée mondiale des droits de l'Homme, le collectif pour une France accessible entend rappeler la définition sociologique de l'accessibilité avancée par David CAUBEL, à savoir « la capacité d'atteindre un bien, un service ou une activité ».

Or selon ce collectif en 2015 et plus étude y compris de l'union européenne ou scientifique, une personne ayant une déficience motrice, visuelle, auditive ou mentale n'a pas la liberté de choisir son médecin ou son logement. Une atteinte à la liberté face aux infrastructures non ou mal adaptées. Une situation qui concerne tout le monde, comme les parents avec poussettes ou des voyageurs et usagers avec bagages.

Comment admettre qu'une personne déficiente visuelle ne puisse pas faire ses démarches administratives sur internet ? Ou qu'une personne déficiente mentale ne puisse avoir accès a certains documents, car trop complexe comprendre ? Y comprit parfois pour des valides. Quel genre de société est incapable de prendre en compte la fatigabilité des personnes âgées et des femmes enceintes ?

Le collectif pour une France accessible qui a l'occasion de cette journée rappel et demande aux pouvoirs publics et aux responsables politiques de respecter leurs engagements. En concluant que ce principe d'accessibilité universelle se définit comme « La conception de produits, d'équipements, de programmes et de services qui puissent être utilisés par tous, dans toute la mesure du possible, sans nécessiter ni adaptation, ni conception spéciale ».

50e anniversaire des Pactes internationaux

La Journée des droits de l'homme 2015 est consacrée au lancement d'une campagne qui marque le 50e anniversaire des deux Pactes internationaux relatifs aux droits de l'homme : le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, qui ont été adoptés par l'Assemblée générale des Nations Unies le 16 décembre 1966.

Les deux Pactes, ainsi que la Déclaration universelle des droits de l'homme, forment la Charte internationale des droits de l'homme, énonçant les droits civils, politiques, culturels, économiques et sociaux qui sont les droits de tous les êtres humains.

La campagne « Nos droits. Nos libertés. Toujours », vise à promouvoir et sensibiliser aux deux Pactes qui fête leur 50e anniversaire. La campagne, qui durera toute l'année, est centrée sur le thème des droits et libertés - la liberté d'expression, la liberté de religion, la liberté de vivre à l'abri du besoin et la liberté de vivre à l'abri de la peur - sur lesquels se fonde la Charte internationale des droits de l'homme. Ces droits et libertés sont aussi pertinents aujourd'hui qu'ils l'étaient lorsque les Pactes ont été adoptés il ya 50 ans.

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir