Contenu principal

Message d'alerte

L APPAS sur les 18 derniers mois c estL’APPAS, (Association pour la Promotion de l’Accompagnement Sexuel), forment depuis plusieurs mois des hommes et des femmes afin qu’ils et elles soient en mesure d’intervenir auprès de personnes en situation de handicap qui souhaitent se réapproprier leur corporalité grâce à un accompagnement intime, sensuel et parfois sexuel. Un sujet encore fortement tabou dans une société que celle de la capacité d’une sexuelle pour des personnes polyhandicapé, comme le souligne dans sa tribune libre son Président Marcel NUSS.

La clef de l acces a l information avec en dessous le logo projet e falcVous êtes un professionnel de l’édition, de la formation, de la communication ? Vous travaillez dans les secteurs du tourisme, de la culture du social, du handicap ? Aujourd’hui, trop de personnes ont des difficultés à lire et à comprendre l’information nécessaire à leur vie au quotidien...Pour répondre a ces questions la société Com’access expert en accessibilité à l’information en numérique et Facile à Lire et à Comprendre, vous offres la possibilité de répondre a ces questions et trouver des réponses a travers des sessions de formations.

Campagne KONE pour la formation des salaries en situation de handicapKone, leader mondial de l'industrie des ascenseurs, des escaliers mécaniques et des portes automatiques, annonce attaché une importance toute particulère à l'accompagnement, à l'intégration et à l'emploi des personnes en situation de handicap. Leur objectif est d'accélérer l'emploi des handicapés.

En France, 452 700 personnes handicapées sont sans emploi, cela correspond au double de la moyenne française. Kone souhaite y remédier en favorisant l'insertion et le maintien dans l'emploi des personnes en situation de handicap. Avec un taux d'emploi de 3,68%, leur objectif est de se rapprocher des 6% afin de devenir un employeur référent.

« Chez Kone France, nous sommes convaincus que chacun a un talent à apporter. L'humain est le cœur de l'entreprise. Nous souhaitons que chacun puisse trouver sa place pour s'épanouir dans une fonction pour pour laquelle il pourra développer ses compétences. Nos collaborateurs sont notre maillon fort », précise le directeur des ressources humaines de Kone France, Laurent GROSSE, dans un communiqué.

Signature d'une convention de partenariat handicap pour favoriser la l'insertion des personnes handicapées

Pour accélérer l'emploi des personnes handicapées, il faut qu'elles soient bien formées. Aujourd'hui seulement 20% d'entre elles poursuivent leurs études dans le supérieur. Pour accroître ce pourcentage, des bourses d'études à l'attention des personnes handicapées ont été notamment développées avec l'école d'ingénieur ESTP et l'école de commerce Kedge Business School. Grâce à ces partenariats, Kone a recruté et suit actuellement huit alternants en situation de handicap.

Pour répondre davantage à ce problème de formation, Kone a signé une convention de partenariat handicap avec le département des Alpes Maritimes. Cette convention est portée par l'Académie de Nice, l'Université de Nice, l'Onisep et La Directe des Alpes Maritimes. Kone qui s'engage à identifier les offres d'emploi disponibles pour les jeunes handicapés, proposer des rencontres au sein des établissements scolaires avec des professionnels de l'entreprise, participer au financement des projets et favoriser l'utilisation des sites de l'académie pour déposer des offres d'emploi et/ou de stage. Peut-être qu'avec autant de bonnes volontés, on arrivera enfin à ce que les entreprises embauchent davantage de personnes en situation de handicap, malheuresement les bonnes volontées ne sont pas toujours suffisante.

La Rédaction

Un Etudiant en situation de handicap non voyant a l Universite de Lyon en 2009À l'occasion de la Semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées (SEPH), qui se déroule du 16 au 22 novembre, l'Association Passerelle, convaincue que « la différence n'est pas un handicap », a mis en place le « concours post-bac handicap ». Un dispositif innovant qui reste la voie d'admission privilégiée des personnes en situation de handicap car il est vraiment un tremplin vers l'accès à l'emploi.

Avec 80% des personnes handicapées qui ne poursuivent pas leurs études dans le supérieur, le concours Passerelle pos-bac handicap qui est mis en place depuis six ans permet aux étudiants en situation de handicap d'accéder à l'enseignement supérieur. Car aujourd'hui, ces derniers sont sous représentés au sein des grandes écoles ou des universités. Seulement 2% d'entre-eux poursuivent leurs études après le baccalauréat.

Fort de ce constat, ce concours est ouvert à tous les lycéens en situation de handicap. Seule deux conditions sont requises pour postuler : l'étudiant doit résider dans la région académique de l'école qu'il souhaite intégrer et présenter de bons résultats scolaires.

Sept des 12 écoles partenaires de l'Association Passerelle participent au concours post-bac handicap

Les candidats, qui ont réussi les épreuves écrites et orales, suivent une formation de deux ou trois ans dans les BTS, IUT ou Bachelors. Tout au long de ce cursus, ils sont suivis par l'école choisie et y préparent leur entrée. Ils auront une carte détudiant, pourront avoir accès à l'infothèque ou encore assister à des conférences et échanger avec le corps professoral. À la fin de ce premier cycle de formation, les étudiants qui auront obtenu leur diplôme pourront intégrer d'office l'école choisie sans passer le concours d'entrée.

7 des 12 écoles partenaires de l'Association Passerelle, participent au concours post-bac handicap. Ces écoles sont l'EM Normandie, l'EM Strasbourg, Grenoble École de Management, l'ESC La Rochelle, Montpellier Business School, l'ESC Troyes et Novancia Business School Paris.

L'Association Passerelle s'efforce de faciliter leur recherche de stages, d'alternance ou de premier emploi

Sensibles à la problématique de l'inégalité des chances scolaires, l'Association Passerelle soutient l'ensemble des écoles du concours passerelle pour favoriser l'intégration des étudiants en situation de handicap au sein de leurs établissements. Elle travaille notamment à l'échange des bonnes pratiques entre les relais handicap existant dans chacune des écoles afin d'accompagner les étudiants tout au long de leur scolarité et également dans la construction de leur projet professionnel.

Grâce au soutien financier d'entreprises partenaires (Auchan, Crédit-Mutuel, Arkea et Manpower), elle investit ponctuellement dans des équipements spécifiques à destination de ces jeunes et s'efforce de leur facilité leur recherche de stages, d'alternance ou de premier emploi. Une opportunité qui pourrait permettre aux personnes handicapées d'arriver sur le marché du travail avec un vrai bagage universitaire adéquat au poste qu'ils recherchent.

La Rédaction

Une jeune fille en dans le cadre d une formation adapte par l_entreprise ERDFAvec plus de 450 000 demandeurs d'emploi handicapés, ces derniers peinent toujours à intégrer le monde du travail malgré une timide embellie au premier semestre 2015 avec une hausse de 4% des insertions, indique l'Agefiph qui veut les convaincre de s'orienter vers de nouveaux métiers. 

Plus d'une personne handicapée sur quatre est sans emploi. Quelque 452 700 personnes handicapées pointaient à Pôle emploi fin 2014, soit une hausse de 9,5% sur les 12 derniers mois, souligne l'Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées. Une progression presque deux fois plus rapide que celle de l'ensemble des demandeurs d'emploi.

Pour la seule Ile-de-France, près de 53 480 demandeurs d'emploi handicapés étaient inscrits à Pôle emploi fin juin 2015 (+10,4% en un an), soit 5,8% de l'ensemble des demandeurs d'emploi de la région, a précisé lundi l'Agefiph, en amont de la 19e semaine pour l'emploi des personnes handicapées, du 16 au 22 novembre.

De nouveaux dispositifs testés

De nouveaux dispositifs sont testés actuellement par Pôle emploi, au sein de six de ses agences en Ile-de-France, Poitou-Charentes et Nord-Pas de Calais, pour favoriser la prise en charge immédiate des demandeurs d'emploi sourds et malentendants.

Pendant cette Semaine de l'emploi, l'association veut inciter les demandeurs d'emploi handicapés à se tourner vers de nouveaux métiers, comme ceux du web, du bâtiment, du transport ou de la santé et lever les préjugés des entreprises à leur encontre.

De légers progrès pour l'emploi des personnes handicapées au premier semestre 2015

Aujourd'hui, les travailleurs handicapés recherchent prioritairement un emploi dans les services à la personne et à la collectivité, la comptabilité, la gestion, les ressources humaines, le commerce, les métiers de la logistique. Durant la semaine de l'emploi, l'Agefiph organisera notamment un « Carré des métiers » où les personnes handicapées pourront rencontrer des fleuristes, des pros de la propreté ou de la boucherie, des secteurs qui recrutent. Ils pourront aussi participer à l'opération « Un jour, un métier » et passer une journée en entreprise en binôme avec un salarié.

L'association note de légers progrès au premier semestre 2015, avec une hausse de 4% des insertions, le réseau d'organismes de placement spécialisés Cap emploi ayant contribué à près de 31 000 recrutements dont 60% de CDI ou de CDD de 6 mois et plus.

La croissance des maintiens dans l'emploi s'est également poursuivie

Les créations d'activité ont augmenté de 12% en un an, dont plus de 1 800 financées par l'Agefiph au 1er semestre 2015. La part des personnes handicapées dans les contrats aidés par l'Etat est aussi en progression dans le secteur marchand (9,1%) et non marchand (13,8%).

La croissance des maintiens dans l'emploi s'est également poursuivie (+11% en un an).

Les difficultés d'insertion des demandeurs d'emploi handicapés proviennent aussi de leur âge élevé (46% ont 50 ans ou plus) et de leur faible niveau de formation (seuls 25% ont un niveau supérieur ou égal au bac).

57% d'entre-eux sont chômeurs de longue durée

Enfin, 57% d'entre-eux sont chômeurs de longue durée. L'ancienneté moyenne de leur inscription au chômage est de 779 jours, soit près de 200 jours de plus que l'ensemble des publics. 22% d'entre eux sont bénéficiaires de l'Allocation adulte handicapé (AAH).

La France compte quelque 2 millions de personnes handicapées âgées de 15 à 64 ans, soit 5% de la population totale de cette tranche d'âge, selon l'Insee (chiffres 2011). Depuis la loi du 10 juillet 1987, les entreprises de 20 salariés et plus ont l'obligation légale d'employer au moins 6% de travailleurs handicapés, faute de quoi elles ont des pénalités à payer. Les centaines d'événements organisés ou soutenus par l'Agefiph pendant la Semaine de l'emploi peuvent être consultés sur leur site officielSemaine pour l'emploi.

La Rédaction / Avec AFP

Ecole ESJ PRO  Formation journalisteDans un milieu et un secteur où le handicap reste fortement très peu présent, y compris dans des journaux dits spécialisés où les rédactions ne comptent pas ou quasiment pas de travailleurs handicapés. La formation en alternance ou celle développée dans le cadre d'une reconversion sont dès l'une des solutions dans un secteur en plein développement. Vous souhaitez vous former au métier de journaliste multimédia ?

L'ESJ PRO vous propose formation en reconversion ouverte aux personnes handicapées dont la prochaine session se tiendra du 21 septembre 2015 au 25 mars 2016. Une possibilité qui n'a pas une première pour cette école qui accueilli ou formé par exemple deux journalistes pour l'entreprise Web Sourd ou une jeune fille qui a sa demande suit un stage en audiovisuelle.

Une formation alterne théorie, mise en pratique individuelle et collective, et immersion dans des rédactions. À l'issue de cette formation, vous serez capable d'exercer le métier de journaliste en presse écrite, avec une spécialisation multimédia. Vous disposerez des fondamentaux qui vous permettront d'avoir une démarche journalistique affirmée et polyvalente : maîtrise de l'écriture, gestion de la mise en page pour le print et sur internet, aisance avec les outils web (photos, vidéos, réseaux sociaux) et les nouveaux formats comme le journalisme de données (Data journalisme), visant à renouveler le journalisme par l'exploitation et la mise à la disposition du public de données statistiques.

Ou encore la mise en récit (story-telling), une méthode utilisée en communication fondée sur une structure narrative du discours qui s'apparente à celle des contes, des récits. Son emploi notamment en communication politique est controversé du fait des usages parfois discutables auxquels se livrent les Conseillers en communication désignés sous le terme de spin doctors.

Une formation dont le financement : peut être financée pour tout ou partie par des organismes financeurs (OPCA, Pôle Emploi, Cap Emploi Agefiph) et/ou par un financement individuel. Pour en savoir plus, contactez par mail la responsable Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Un programme que vous pouvez également consulter ici même.

Une initiative auquel l'association Handi-Presse Info vous invite également a déposé une demande d'emploi sur son tout nouveau service d'emploi. Pour ceux intéressé par une telle formation dans les métiers de la presse audiovisuelle, écrite et radiophonique vous pouvez également consulter l'annuaire des écoles de journalisme.

La Rédaction

Affiche Journee de l UnapeiFace à la complexité des dispositifs de ressources et d'aide sociale, l'Unapei par cette journée nationale, souhaite apporter les clés d'une meilleure compréhension à l'ensemble des responsables associatifs, professionnels de l'accompagnement et de la gestion du patrimoine pour sécuriser et sortir les personnes handicapées de leur vulnérabilité financière.

Des ressources contraintes et limitées, un système complexe source de confusions, d'inquiétudes voire de désinformations...

L’occasion d’aborder pour les participants de nombreuses sur des questions aussi variées telles, mon enfant handicapé pourra-t-il bénéficier de l'AAH toute sa vie ? Quel impact la récupération de l'aide sociale à l'hébergement aura sur ses frères et sœurs ? Pourra-t-il accéder à un « reste à vivre » décent qui lui permette de partir en vacances et de s'habiller convenablement ? Qu'est-ce que l'hypothèque légale ? Que dois-je prévoir pour que mon enfant handicapé puisse vivre décemment après mon décès ?... »

Des questions affluent, se ressemblent souvent et sont simples. Face a celle-ci les réponses par leurs diversités et les changements législatifs réguliers, sont parfois complexes.

Faire valoir ses droits pour les familles confrontées au handicap relève d'un casse-tête source d'insécurité financière comme le précise l’association. La journée « Ressources et patrimoine » de l'Unapei aura ainsi comme objectif de dresser un état des lieux des dysfonctionnements d'un système de ressources et d'aides sociales qui enferme les personnes handicapées dans la vulnérabilité financière.

Destinée aux familles et responsables associatifs, ainsi qu’aux professionnels de la protection juridique, du patrimoine et de l’accompagnement social, la journée Ressources et Patrimoine de l’Unapei et débattront autour de ces questions.

Elle abordera les solutions actuellement possibles qui leur permettraient de sortir de cette vulnérabilité, et envisagera également les réformes à mener pour y remédier. La journée « Ressources et Patrimoine » apportera les informations indispensables aux professionnels pour faire valoir les droits des personnes handicapées et pour les faire évoluer.

La Rédaction

Informations pratiques : Vendredi 6 février 2015 de 8h30 à 16h45 -- Maison de la RATP - Espace du Centenaire - 54 quai de la Rappée - 75012 PARIS Tarif : 110€ / Eligible au plan de formation --- Decouvrez ici même le programme. Bulletin d'inscription avec votre règlement avant le 02 février 2015