Contenu principal

Message d'alerte

Une élèves des six élèves non-voyants et malvoyants dans une classe d'Unité Localisée pour Inclusion Scolaire-Trouble de la Fonction Visuelle (ULIS-TVL).© ulis60; Plus que jamais les associations expriment leur mécontentement face aux agissements des ministres tente d'ignorer totalement les recommandations des associations. Aujourd'hui la FAF exprime ainsi a son tour sa colère face a ce quel estime de la part du ministère de l'Éducation un manque « responsabilités en raison des lacunes de certains de ses dispositifs d'accompagnement et de la faiblesse des moyens déployés ». Situation quelle juge d'autant plus scandaleuse depuis que le 11 février 2005 le droit comme elle le rappel relatif «à l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées», l'école de la République devait enfin être l'école pour tous.

Une politique actuelle que la Fédédération des aveugles de France juge dans un communiqué comme « des effets d'annonce (...) face à une « à réalité tout autre ». Raison du coup de gueule pour ce qu'estime l'association comme une « nouvelle attaque en règle et l'esprit de la loi du 11 février 2005 ».

Une scolarité compromise !

Cette année encore, la réussite au Baccalauréat 2013 de centaines de lycéens handicapés est compromise du fait d'un dysfonctionnement sérieux dans l'organisation des épreuves du diplôme. La FAF citant le cas de Morgane, lycéenne handicapée visuelle de Montpellier pour lequel elle a été saisie. En effet, les élèves de la section ES qui compose en Sciences économiques et Sociales ont une épreuve prévue de 8 heures à 12 heures ; avec une heure supplémentaire pour ceux qui composeront en option Sciences sociales et politiques, soit de 8 heures du matin à 13 heures.

Morgane peut, en plus de cinq heures d'épreuve officielle bénéficier du 1/3 temps pédagogique du fait de sa déficience visuelle sévère. Elle composera donc de huit heures à 14 h 40. Problème : l'épreuve de langue vivante que Morgane doit également passer débute à 14 heures. Ce qui lui interdirait d'utiliser la totalité de son 1/3 temps pédagogique. La FAF a demandé au Ministère et au rectorat de revoir le calendrier des épreuves pour cette journée.

La FAF qui aura reçu pour toute réponse des autorités celle-ci conseillant aux deux intéressés de commencer les épreuves à sept heures du matin, ce qui la ferait composer neuf heures 20 dans la même journée. Ou bien qu'elle passe son épreuve de langue vivante en septembre.

Une preuve de plus que la scolarisation des enfants handicapés n'est pas prise au sérieux dans notre propre pays estime la FAF. Cette dernière exigeant aujourd'hui la modification du calendrier des épreuves du baccalauréat 2013 afin que puisse être prise en compte la situation particulière des élèves handicapés et que chacun puisse concourir dans le respect du principe d'égalité des chances inscrit dans la Loi du 11 février 2005.

Un système éducatif difficile d'accès ?

La FAF qui conclut son communiqué sur un rappel concernant le rapport du Sénateur des Pyrénées-Orientales Paul BLANC qui a l'occasion de la remise de son rapport souhaitant la demande de dérogations au respect de l'échéance du 1er janvier 2015 pour l'accessibilité des constructions neuves. Ce dernier avait lui-même dressé un bilan plus que mitigé du milieu scolaire : « L'école peine aujourd'hui à répondre de manière pertinente aux besoins des enfants handicapés ». L'association qui se demande aujourd'hui tout simplement au ministre de l'Éducation nationale et a Marie-Arlette CARLOTTI en charge des personnes handicapées. Faut être qui aujourd'hui pour être bien scolarisé ?

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir