Contenu principal

Message d'alerte

Le Ministre de l'Education Nationale lors de son intervention devant les inspecteurs en charge du handicapLe ministre de l’Éducation nationale, Luc CHATEL a rencontré aujourd’hui les inspecteurs Chargé de ces questions à l’ occasion de leur séminaire national à Paris. Une première rencontre pour ces acteurs majeurs de la politique de scolarisation des élèves handicapés.

Luc Chatel qui a tenu à rendre hommage au travail des 30 conseillers techniques ASH auprès des recteurs ASH auprès des recteurs et des 142 IEN ASH(1), conseillers des IA-DSDEN(2), tous présents.

Le ministre qui est revenu a l’occasion de cette rencontre sur les principales mesures annoncées par le Président de la République lors de la Conférence nationale du Handicap (CNH) du 8 juin dernier, et de dresser un premier état des lieux de leur mise en œuvre depuis la rentrée 2011.

Selon lui 214 000 élèves handicapés sont scolarisés dans le 1er et second degré, des chiffres en augmentation d’environ 60 % de plus qu’en 2005. Toujours selon le ministère, le nombre d'élèves devant être accom­pa­gnés est passé ainsi en cinq ans de 18.000 à 60.000 (+232 %), entraî­nant de forts besoins de recru­te­ment.

Insistant sur la création de 2000 nouveaux postes d’assistants de scolarisation ont été ouverts, dont 68 % avaient déjà été recrutés au 29 septembre et l’embauche de 7730 contrats aidés supplémentaires ont été recruté pour le handicap. À noter que la cellule « aide handicap-école », plateforme téléphonique dédiée aux familles, est renforcée par 3 personnes en fonction depuis le 20 août fonctionnera jusqu’au 22 octobre 2011.

Luc CHATEL faisant par de ça volonté de renforcer la coopération de l’éducation nationale avec les associations, ainsi qu’avec le ministère des Solidarités et de la cohésion sociale et les acteurs du champ médico-social. Revenant sur la déclaration de Sophie Cluzel, Présidente de la FNASEPH qui avait regretté que « 5.000 élèves » fussent en attente d'un accom­pa­gne­ment, pres­crit par les Maisons dépar­te­men­tales du han­di­cap (MDPH) mais non assuré, en rai­son d'un « manque d'anticipation » avant la rentrée. Le ministre a lui répondu devant les inspecteurs que « Notre prio­rité consiste à cou­vrir 100 % des pres­crip­tions des Maisons dépar­te­men­tales du han­di­cap ». Le ministère précisant que des réunions hebdomadaires organisées depuis septembre sur ces afin de faire un point sur le suivi de la rentrée. Si certaines associations reconnaissent les avancé effectué et les promesses tenues du chef de l’État comme l’UNAPEI, d’autres association et syndicats sont loin d’être totalement satisfait.

« Pour nos enfants, comme pour tous les élèves de la République, la ren­trée c'est le 5 sep­tembre, pas le 20 sep­tembre ou le 5 octobre », avait insisté mi-septembre, Sophie Cluzel, qui fédère 35 asso­cia­tions repré­sen­tant plu­sieurs mil­liers de familles d'enfants handicapés. Force et de constaté que les postes ouverts ne restent guère différents et parfois moins bien payés que les contrats aidés et que la précarité des postes reste elle une réalité non résolue au sein du Ministere de l’Éducation nationale.

« Notre objec­tif est qu'il n'y ait plus d'enfant en attente de leur AVS, mais des remon­tées de ter­rain nous indiquent encore tous les jours le contraire », a réagi hier Mme Cluzel. En Haute-Garonne par exemple, selon une source syn­di­cale, 286 élèves sur les 1.144 devant être accom­pa­gnés ne l'étaient tou­jours pas le 30 septembre. La Fnaseph qui a annoncé organiser fin jan­vier un « Grenelle de la sco­la­ri­sa­tion des élèves handicapés ».

Stéphane Lagoutiére

 

(1)Inspecteur de l'éducation nationale chargée de l'adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés
(2)Adaptation Scolaire des élèves handicapés

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir