Contenu principal

Message d'alerte

Programme Tutorat PHARES de la FEDEEHAlors que l’éducation et notamment supérieur, tous comme la formation sont les principaux leviers de l’exclusion du monde du travail pour les personnes en situation de handicap. Face a un chômage qui n’a eu de cesse multiplier par six en dix ans pour dépassé les 23 %. La Fédération étudiante pour la réussite des jeunes en situation de handicap (FÉDÉEH) encourage depuis 2008 dans le cadre du programme PHARES des étudiants tuteurs encouragent des élèves handicapés à poursuivre leurs études supérieures à hauteur de leur potentiel.

Une conférence annuel de prise de bilan, qui aura lieu AU Parc des Expositions, Paris Porte de Versailles, 27 novembre 2014, 14h-17h, qui accueillera en conclusion et viendra réagir à ces interventions, la Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Ségolène NEUVILLE.

Si le programme PHARES, reste novateur et levier réellement efficace pour l’orientation choisie de la poursuite des études supérieures notamment des jeunes handicapés, celle-ci demeure fragile face a cette nouvelle aggravation du chômage en 2014 après celle record de 2013. Une situation qui confirme la situation plus que moyenne de la formation professionnelle où ils sont plus de 80 % encore à n’avoir qu’un niveau égal ou inférieur au Bac.

Comment accepter qu’aujourd’hui encore on compte trois fois moins de lycéens que de collégiens en situation de handicap et que ceux de ces jeunes qui parviennent à décrocher un bac soient moins nombreux que leurs pairs à entrer dans le supérieur ? S’interroge le FÉDÉEH qui depuis sa création en 2010 s’est engagé à déployer le programme PHARES créé deux ans plutôt par l’ESSEC et la MAIF.

Le tutorat : en recherche de volonté politique…

Si des grandes écoles comme celles de l’école supérieure de commerce de Grenoble ou de Dijon, ce sont véritablement donnée les moyens d’une telle ouverture, le cas des universités françaises et loin d’être exemplaire, comme le prouve le travail chaque année de l’association Starting-Block, qui milite elle aussi dans ce sens. Des étudiants en situation de handicap qui représenterait que 2 %.

Reste avant cette arrivé en étude supérieure un soutien destiné aux élèves handicapés scolarisés en milieu ordinaire de la troisième à la terminale représente un élément majeur d’inclusion, un travail que tente ce dispositif de séance de tutorat hebdomadaires dont l’objectif et d’aider ces jeunes à aller au plus loin de leurs capacités et lever les freins liés à leur handicap.

Une volonté du programme PHARES freiné bien trop souvent par un manque d’investissement politique et financier des responsables dirigeants politique. Le problème malgré un changement de nom des AVS n’en reste pas moins de la défaillance de notre système éducatif, qui ne cesse de régresser y compris pour les jeunes valides.

Permettre a ses jeunes de choisiras leur avenir…

Un programme qui a prouvé six ans après sa création son efficacité celle de valorisé les atouts des jeunes handicapés et développe chez eux des compétences transversales utiles quelque soit leur projet d’études (confiance en soi, autonomie, aisance à l’oral, créativité, esprit critique, etc.).

Des séances en groupes restreints de 5 à 8 jeunes leur permettent également d’apprendre à communiquer sur leur handicap et à s’emparer des adaptations nécessaires pour optimiser leur parcours de formation.

Des résultats qui prouvent sont efficacité…

Un programme dont les résultats 2016 ou après six années d’expérimentation réussie dans le Val d’Oise avec un taux de 93% de poursuite d’études après le bac, 20 établissements d’enseignement supérieur ont aujourd’hui rejoint l’ESSEC pour accueillir PHARES en leur sein et porter ainsi le dispositif dans leur Académie.

Une réussite pour ce programme qui rassemble désormais près de 90 étudiants bénévoles mobilisés pour organiser et animer chaque semaine les séances de tutorat auprès de plus de 180 élèves handicapés engagés sur toute la France ! Forte de cesProgramme de tutora lycees Leon Blum de Creteil résultats qualitatifs et de ce premier déploiement, la FÉDÉEH constate cependant encore certains freins à lever pour consolider notamment aux niveaux locaux.

Leviers et freins : un déploiement dans tous les territoires à l'horizon 2016

Ainsi les difficultés des établissements supérieurs porteur de projet localement pour faire connaitre le dispositif dispositif auprès des élèves handicapés concernés sur le territoire, mais aussi ou les coûts importants consacrés à la prise en charge des transports de certains jeunes pour se rendre chaque semaine jusqu’aux séances de tutorat. Des freins et déploiements pour lesquels la fédération espère qu’il puisse être levé en 2016.

Des enjeux auquel souhaite la FÉDÉEH lors de cette conférence annuelle en présence à invité les différents acteurs et partenaires de PHARES pour y répondre et s’interroger sur la question : « élèves handicapés, étudiants tuteurs et établissements supérieurs : comment faire vivre l’inclusion sur son territoire ? ». Une conférence qui s’inscrit dans le double cadre hautement symbolique du Salon européen de l’Éducation et de la Semaine pour l’Emploi des Personnes handicapées.

Celle-ci se déroulera en trois parties, avec la présentation du dispositif, à travers notamment les témoignages d’acteurs de terrain (en direct ou en vidéos), la signature et la présentation des nouveaux établissements supérieurs s’engagement dans cette initiative. Enfin une intervention des partenaires clés pour la consolidation des programmes PHARES sur leurs territoires respectifs

À propos de « la FÉDÉEH »

Fédération étudiante pour la réussite des jeunes en situation de handicap ! S’engage et soutient le déploiement national d'un réseau social de jeunes handicapéset d’un réseau d'associations étudiantes dédiées au handicap.

Avec l'aide des membres de son Conseil ressource (structures spécialisées, établissements supérieurs, experts et entreprises) elle mobilise et accompagne ses bénévoles étudiants dans la mise en place d'actions pour la réussite des jeunes handicapés : tutorat d'élèves du secondaire, bourses d’études, prix associatifs étudiants, parrainage vers l'emploi, socialisation, campagne d'opinion, concertation et rencontre d'employeurs.

La FÉDÉEH manifeste sa culture d’empowerment à travers l’animation de son réseau d'entraide fondé sur la pairémulation entre jeunes handicapés et leur participation majoritaire à sa gouvernance.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir