Contenu principal

Message d'alerte

Une enfant handicapée dans une cour d ecoleCinq jours après le rendez-vous qui a réuni les associations et responsables politiques, d’établissement et institutionnelle sur le sujet du handicap présidé par François HOLLANDE la Fédération des PEP revient sur le domaine de l’inclusion scolaire. La Fédération générale des PEP qui avait publié le 17 novembre dernier un sondage sur la société inclusive que 81 % des sondés jugés inégalitaires (v.articles).

Animatrice d’un réseau d’associations gestionnaires de près de 1000 établissements et services médico-sociaux et fédération complémentaire de l’École, la PEP, tient a annoncé dans un communiqué sa satisfaction de la volonté politique affirmée par le Président de la République pour donner une nouvelle impulsion à la construction d’une société « qui s’enrichit des handicaps » en les transformant « en chance et réussite ».

Des félicitations qui semble pour le moins rapide, car si le chef de l’État c’est longuement n’arrêter sur le domaine scolaire aucune mesure concrète hormis pour les AVS, sans toutefois précisé comment il compter mettre en œuvre le financement de ces mesures. L’inclusion dans les universités qui compte moins de 2 % d’étudiant en situation de handicap dont le chef de l’État a reconnu la situation

La PEP qui affirme apprécier les mesures présentées pour « amplifier la dynamique d’une école plus inclusive avec des parcours de scolarisation, de formation et d’insertion professionnelle pour les élèves et étudiants en situation de handicap ». Elle s’inscrit pleinement dans l’appel à l’innovation et à « l’ardente obligation » de coordination et de coopération des institutions et des acteurs concernés pour qu’aucune personne ne soit sans solution dans la réalisation de son projet de vie, précise le communiqué.

« Vers une société véritablement inclusive »

La fédération qui revendique la mise en place des parcours de vie entre désirs des personnes en situation de handicap et les réalités des organisations, sont une ambition et « une exigence pour répondre aux besoins globaux de la société française et ça marche vers une société véritablement inclusive ». Un thème travaillé par 300 cadres du réseau PEP impliqué dans le secteur médico-social, du 10 au 12 décembre derniers à Lyon en lien avec leurs partenaires institutionnels des MDPH, des ARS, de l’Éducation nationale et des chercheurs. La Fédération générale des PEP met à disposition du gouvernement les conclusions de ces travaux.

Une société jugée inégalitaire par les Français

La perception par les Français des inégalites dans la societe réalisé par TNS Sofrès à la demande de la PEP apporte des informations importantes sur la perception par les Français du concept de « société inclusive ». Ce baromètre indique notamment que les acteurs identifiés pour que la société française corresponde davantage à l’idéal de la « société inclusive » sont d’abord l’École (44 %), puis l’État (42 %) et ensuite les associations (29 %).

Mais ils sont plus de 8 Français sur 10 (81 %) estiment que la société inclusive définie comme une « société sans privilèges qui a le souci d’intégrer tous ses membres, qui garantit à chacun d’eux la possibilité de se réaliser en veillant à ce que la solidarité et le respect des autres soient garantis » ne semble pas correspondre à la réalité de la société française.Enfin près de la moitié des Français (48 %) privilégient une scolarisation partagée entre un milieu scolaire ordinaire et une éducation spécialisée pour des enfants souffrant de troubles physiques, psychiques ou mentaux.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir