Contenu principal

Message d'alerte

Le président de la République accompagné du ministre de l'Éducation nationale s'est rendu à l'école Louis Houpert à Forbach à l'occasion de la rentrée scolaireAu lendemain des promesses engagées par le CIH, le 20 septembre dernier, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel BLANQUER, vient de rendre sa copie ce 28 septembre sur les efforts pour une « école de la confiance » et plus inclusifs. Le budget de l’éducation nationale qui reste le second de la nation, avec un montant 70,6Mds€ si ont ajoute les contributions aux pensions de l'état, soit une évolution de 1.3Mds en comparaison de 2017, puisque celui-ci est désormais par le budget consacré a la dette française.

Mais la véritable question n’est-elle pas avant de savoir s’il aura une école plus inclusive, comme le gouvernement s’y engage, mais plutôt s’il s’en donne véritablement les moyens de sa politique, alors qu’il ne cesse d’annoncer la réduction des dépenses publiques ? Après la présentation des objectifs fixés le 29 aout dernier lors d’une conférence de presse, le ministre Jean-Michel BLANQUER, qui dans la présentation de budget 2018, laisse craindre que les moyens de cette politique annoncée ne soient pas au rendez-vous.

Un effort particulier…
Le ministre qui dans son dossier presse indique qu'« un effort particulier et sans précédent a été fait en faveur de l'accompagnement des élèves en situation de handicap ». Avec la volonté précise-t-ilInfographie Le budget de l'école à destination des élèves handicapés que celui-ci puisse « renforcé les actions entreprises pour traduire dans les faits l'engagement du gouvernement à ce que tous les élèves en situation de handicap bénéficient d'un accompagnement (AESH), par des personnels formés et disposant d'un emploi stable ».

Le recrument AESH…
Le projet de loi de finances pour 2018, qui prévoit notamment la création de 10 900 nouveaux emplois d'Accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH), pour la rentrée 2018, dont 6 400 au titre de la poursuite du plan de transformation des contrats aidés en AESH. Les 4 500 recrutements supplémentaires d'AESH seront eux pris en charge par les établissements publics locaux d'enseignement au cours de l'année 2018 et ceux jusqu’en 2022 afin d’atteindre le nombre de créations directes de postes d’AESH de 22 500 d’ici 2022.

Une politique qui selon le ministère prévoit de également de poursuivre le "plan de CDIsation" pour les AESH employés en contrat à durée déterminée. Une politique dont l’objectif étant au final de permettre a la fin du quinquennat la suppression totale des contrats aidés.

Un meilleur accompagnement…
Par ailleurs, 100 postes de professeurs des écoles supplémentaires seront dédiés au renforcement des moyens en faveur de la scolarisation des élèves en situation de handicap, avec la création de 100 nouvelles unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis).

Quelques chiffres pour mieux comprendre…
Le premier reste dramatique, une situation que les gouvernements précédents n’auront nullement réduite, aujourd’hui plus de 00000 élèves en situation de handicaps ne sont toujours pas scolarisé une situation qui se retrouve au sein des universités puisqu’ils ne sont ainsi que 2.5 %, soit moins de 25 000, pour les 380 000 élèves avoir pu être scolarisé a atteindre des études supérieures. Le gouvernement qui annoncé pour cela la mise en place d’ici la fin du quinquennat pour la totalité des universités devront être dotées d'un schéma directeur handicap. Sur les 350 000 scolarisés, près de 300 000 le sont dans les établissements publics et privés de l'Éducation nationale avec selon les chiffres de l’éducation nationale une progression de + 7 % par an. 2.5 % d’entre sont des élèves du premier degré et du collège, mais seulement 1 % des lycéens. Les Unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis) qui sont au nombre de 8600 accueils 30 % de l'école au lycée.

Ils représentent 2,5 % des élèves du premier degré et du collège, mais seulement 1 % des lycéens. 30 % sont scolarisés avec l'appui d'un dispositif collectif (8 600 Unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis) 45 % avec l'appui de plus de 80 000 accompagnant Plus de 70 000 élèves sont ensuite accueillis en unité d'enseignement au sein d'établissements médico-sociaux ou externalisés à l'école (112 Unités maternelles). Enfin, 7 700 enfants sont scolarisés dans l'enseignement agricole, dont 1 604 avec l'appui d'un accompagnant. Un manque d’AVS, dénoncé pour cette rentrée 2017, par le collectif Citoyen Handicap, qui estimait le 3 septembre dernier le nombre de 3.500 élèves handicapés toujours sans, Auxiliaire de vie scolaire (AVS). Alors que Jean-Michel BLANQUER, ministre de l'Éducation nationale, s'était engagé fin août à attribuer un accompagnant à chaque enfant « Tous les besoins seront couverts ».

Alors le ministre de l’Éducation nationale, tiendra-t-il ces promesses pour ce budget, mais aussi pour ce quinquennat pas certain !!!

Stéphane LAGOUTIÉRE

Sources : Éducation nationale / Collectif Citoyen Handicap / Unafam

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir