Contenu principal

Message d'alerte

Le Chef de l'Etat Emmanuel MACRON, Jean Michel BLANQUER, Ministre de l'Education nationale et Sophie CLUZEL Secrétaire d'Etat aux personnes handicapés au Collège Jules Renard en MayenneTandis que le président de la République aura effectué la rentrée scolaire au collège Jean renard en Mayenne, en compagnie du ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel BLANQUER et de la secrétaire d’État aux personnes handicapées Sophie CLUZEL. Cette rentrée scolaire risque à nouveau de laisser plusieurs milliers d'élèves handicapés « sur le carreau ». Condamné une fois de plus à des listes d’attente interminable, comme le dénonce l’UNAPEI. Mais surtout condamné à attendre selon le ministre, 2022 pour une école réellement inclusive présentée dans son plan le 18 juillet dernier.

Plusieurs milliers d’élèves en situation…
Au-delà d’un plan présenté en juillet dernier, promettant notamment l’augmentation du nombre d’AESH, formation des enseignants, collaboration avec le médico-social, les promesses qu’auront souvent annoncées les précédents gouvernements, mais jamais réalisés ! Une situation inacceptable pour de nombreux parents est dénoncée une nouvelle fois par plusieurs associations comme le président de l’UNAPEI dans une tribune libre affichant ses « doutes » face aux propos rassurants du gouvernement.

« On vend aux Français le rêve d'une école ouverte à tous qui ne se réalise pas dans les faits, à cause du manque de moyens humains et financiers », affirme encore l'association dans une lettre ouverte adressée aux parlementaires, évoquant une "réalité cruelle" et le "désarroi" des familles.

Dans nos pays certains parents d'enfants handicapés sont aujourd’hui toujours contraints à un combat quotidien pour permettre à l’enfant, adolescents d’intégrer un système scolaire ou universitaire afinUn petit garçon en petite section déficient mental d’avoir une chance d’apprendre. Car le handicap n’est pas une raison au manque d’éducation, combien faudra-t-il le répéter ! Il est temps d’agir et de trouver des solutions pour permettre à tous les enfants d’aller à l’école ! Des parents, confrontés tant aux problèmes d’accessibilité encore trop souvent limitée notamment en milieu rural, mais aussi face aux enseignants souvent très peu formés aux besoins de ces élèves.

Des difficultés certainement…
Mais la secrétaire d’État aux personnes handicapées Sophie Cluzel se veut elle rassurante estimant que des efforts sont mis en œuvre par le gouvernement et que celles-ci seront maintenues pour les quatre prochaines années. Mme Sophie CLUZEL, qui rappelle que ce sont près de 320 000 élèves en situation de handicap qui seront accueillis pour cette nouvelle rentrée, soit une progression de 6 %. Parmi eux et selon ces chiffres, 175 000 élèves auront besoin d’un accompagnement. Le gouvernement qui annonce avoir prévu un total de 110 000 accompagnants, dont certains mutualisés entre plusieurs élèves. « L’éducation nationale poursuit, son effort en faveur d’une école inclusive avec 3 584 accompagnants supplémentaires en 2018 », avait annoncé Jean-Michel BLANQUER lors du dernier conseil des ministres.

Les recrutements dont la secrétaire d’État reconnaît cependant que tous n’ont pas été encore signés, raisons supplémentaires, pour craindre ces « quelques fausses notes » dans les prochains jours, à admis Sophie CLUZEL. Soulignant que ces situations devraient rester néanmoins « marginales ».

« On ne nie pas les efforts consentis, mais il y a effectivement des difficultés qui persistent qui ne seront pas levé à la rentrée ni même à court terme », a déclaré Emmanuel JACOB, chargé des questions de scolarisation à l’UNAPEI. « En théorie, le nombre d’accompagnants devrait pouvoir suffire, mais on n’en est pas sûr, car il est très complexe de faire en sorte que l’offre réponde précisément à chaque besoin ».

Un constat qui reste amer…
Ils seront donc au final encore peu nombreux a bénéficié comme Maëva une petite fille décidée porteuse de la trisomie 21 à se rendre ce lundi 3 septembre comme tous les écoliers, à faire sa rentrée dans la commune à Saint-Mandé (Val-de-Marne) la deuxième année une chance pour la fillette, car très peu d'écoles accueillent les enfants trisomiques. D’autres écoles comme collège Maurice Genevoix à Couzeix est en colère. L'établissement a perdu 4 postes d'accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) par rapport à 2017, alors que le nombre d'élèves concernés a augmenté. Alors oui les incidents risquent une nouvelle fois d’être encore trop nombreux pour des parents désespérer !!!

32 millions d'enfants privés d’école dans le monde…
L’école dont l’ONG Handicap international, rappelle l’importance comme un lieu d’apprentissage essentiel pour les enfants du monde entier. Malheureusement, tous les enfants ne sont pas logés à la même enseigne et certains n’ont pas le droit d’y aller. Pourquoi ? Souvent à cause de la pauvreté de leurs parents, mais pas seulement. En effet, nombreux sont les enfants handicapés à ne pas être scolarisés dans le monde. Des enfants qui comme en France doivent faire à des préjugés encore nombreux. Dans d’autres pays le handicap reste un facteur de honte et préfère cacher les enfants handicapés. Mais le manque de moyens reste le facteur essentiel.

Si la situation n’est certes pas meilleure en France, comme le dénonce également Handicap International, l’ONG mène une campagne de sensibilisation tout au long du mois de septembre intitulé School 4 All pour informer le grand public des problèmes liés à l’éducation et au handicap des enfants. Des enfants en situation de handicap qui seraient selon l’ONG près de 32 millions à ne pas y avoir accès ! L’année dernière, l’organisation humanitaire a permis « la scolarisation de 145 000 enfants handicapés. C’est une avancée importante, mais bien insuffisante ! » insiste telle dans un communiqué.

Stéphane LAGOUTIÉRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir