Contenu principal

Message d'alerte

2012.07.16.associatio-handi-chienPrès de 5 millions de personnes en France se trouvent dans une situation de handicap. L’association Handi’Chiens a pour but de leur apporter un soutien technique, moral et affectif en éduquant des chiens d’assistance, d’éveil et d’accompagnement social et en les remettant gratuitement à leur nouveau propriétaire, qu’il soit particulier ou professionnel. Un chien facteur souvent d’une nouvelle autonomie et d’ouverture vers l’extérieur.

Fort de son engagement, le groupe Humanis souhaite faciliter l’accès des personnes en situation de handicap à tous les actes de la vie citoyenne. C’est donc tout naturellement qu’il s’est associé à Handi’Chiens pour financer l’éducation de quatre chiens. Le 23 juin dernier à Caen, à l’issue de différents stages de formation et d’éducation, a eu lieu la cérémonie de remise des chiens par les familles d’accueil qui les ont éduqués sous les conseils bienveillants de l’Association. Retour sur cette chaîne de solidarité et témoignages…

Le chien d’assistance, un « trait d’union » avec le monde extérieur

L’association qui depuis 1989, n’a eu de cesse d’éduquer et de remettre gratuitement des chiens d’assistance à des personnes en situation de handicap. Ne dit-on pas que le chien est le meilleur ami de l’homme ? Affectueux, toujours disponible, source d’apaisement, le chien d’assistance est une aide précieuse non seulement pour la personne handicapée mais également pour son entourage. Compagnon aidant dans les gestes du quotidien, compagnon de jeu, « stimulant » dans les mouvements, le chien responsabilise la personne handicapée qui est son seul et unique maître et doit veiller à son bien-être. Un compagnon de route fidèle et qui rompt l’isolement avec le monde environnant. Sensible à la question du handicap, le groupe Humanis subventionne cette année l’association.

Le parcours d’un chien d’assistance

Dès l’âge de deux mois et jusqu’à leur 18 mois, les chiens sont confiés à des familles d’accueil bénévoles ayant pour mission de familiariser le chiot avec le monde extérieur, de le sociabiliser et de lui apprendre à répondre à une trentaine de commandes simples : « assis, pas bouger, viens… », le B.A. BA d’une bonne éducation.

Ensuite jusqu’à 24 mois, les chiens rejoignent l’un des quatre centres Handi’Chiens (Alençon, Lyon, Bretagne, Val-de-Loire) dans lesquels ils reçoivent une éducation spécifique : entourés de professionnels et en présence d’une personne handicapée, les chiens apprennent à exécuter les commandes utiles dans le quotidien d’une personne en situation de handicap. À 24 mois, les chiens ont acquis 53 commandes. Un stage de 15 jours est ensuite nécessaire pour garantir l’harmonie entre le maître et son chien. Apprentissage des commandes en binôme, utilisation du chien en milieu ouvert… ce stage d’adaptation permet à la personne handicapée d’apprivoiser son nouveau compagnon de route !

Retour d’expériences

Professionnels du monde sanitaire et social ou personnes en situation de handicap, tous peuvent bénéficier de l’aide précieuse apportée par un chien d’assistance Handi’Chiens. Pour les personnes du milieu sanitaire et social, on parle de « chien d’accompagnement social ». Le groupe Humanis a financé l’éducation de « Frisko », « Enouck », « Frisbee » et « Fédo ». Ergothérapeute à Beauvais, Élise VANCAUWEMBERGE est régulièrement amenée à travailler auprès des personnes âgées, des personnes à mobilité réduite et des enfants. « Je suis la référente unique de « Frisbee ». Je ne le laisse pas dans les structures le soir, il est 24h/24h avec moi et il me suit dans tous mes déplacements ». « Frisbee » apporte sérénité et plaisir aux personnes qu’il rencontre : « J’accompagne actuellement un jeune garçon et la présence de « Frisbee » l’apaise, calme ses angoisses. En maison de retraite, je laisse certaines tâches aux résidents pour qu’ils soient valorisés auprès des autres. Nous stimulons aussi la mémoire, la concentration… Quand je viens chaque semaine,

Les résidents attendent « Frisbee ».

une jeune fille accompagne par son chien Le groupe Humanis a participé au financement de l’éducation de « Fédo » et « Enouck », les chiens d’assistance respectifs de Franck VIDEGRAIN et Annick DALLOZ, tous deux en fauteuil roulant.« J'ai été marqué par l'obéissance du chien, la multitude de commandes qu'il peut exécuter (52 commandes), les progrès qui se font de jour en jour, l'attachement et la complicité qui se créent. Il m’aide à ramasser les objets tombés, m’aide à attraper ceux en hauteur. Il m’apporte beaucoup d’autonomie mais également de l'amour, de la compagnie, de l'aide de tous les jours. Avec « Fédo », je vois l'avenir avec plein d'amour. C’est un nouveau couple qui vient de se former et qui se comprend ». Franck VIDEGRAIN « J'ai été marquée par le professionnalisme des éducateurs, leur dévouement et toute l'organisation qui en découle. Nos moindres demandes sont satisfaites. Il y a un très bon soutien psychologique. Les membres de l’association ont pris en considération mon problème de fatigue, ils ont trouvé une solution pour y remédier. Moi qui n’osais pas sortir seule, avec « Enouck », je pourrai désormais me balader plus souvent ».

Annick DALLOZ Depuis 2009, Anaïs BARILLER est monitrice-éducatrice à l’Institut Médico-Éducatif de La Maillardière à Château-Gontier (Mayenne). Dans une maison d’hébergement, elle encadre des jeunes de 12 à 18 ans souffrant de déficiences légères, modérées ou moyennes des fonctions intellectuelles, avec ou sans troubles associés. « C’est a cours d’un remplacement au sein de l’ADAPEI (Association Départementale des Amis et Parents de Personnes Handicapées Mentales), association dont je fais partie, que j’ai fait la connaissance d’une collègue qui avait un chien d’assistance Handi’Chiens. J’ai eu envie de me tourner vers la médiation animale. C’était un projet mûrement réfléchi. L’arrivée de « Frisko » à l’IME fut une heureuse nouvelle pour les enfants qui ont préparé son arrivée. « Pour les jeunes, « Frisko » est une véritable éponge affective. Ils peuvent exprimer leurs émotions, parfois se confier à lui. Il permet de réguler les tensions entre les enfants dans la mesure où ils doivent s’organiser entre eux pour savoir qui lui donne à manger, à boire… Il les responsabilise et les valorise. L’aidé devient l’aidant »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir