Contenu principal

Message d'alerte

Parents-enseignans-et-eleves-manifestatant-avsAlors que bon nombre d'association comme l'UNAPEI, l'APAJH ou l'APF voire l'ADAPT, ont présenté leurs doléances pour certaines, il y a quelques semaines au nouveau gouvernement il semblerait quelle n'est pas étaient entendu. Ainsi, une trentaine de parent handicapé et de chefs d'établissements de l'enseignement catholique de Gironde ont manifesté mercredi à Bordeaux contre le non-renouvellement de contrats d'EVS et AVS. Manifestation avait soutenue et appelée a le faire l'UNAPEI dans un communiqué, il y a quelques jours.

Selon les parents, présente, ceux-ci privant pour l'instant de scolarisation une centaine d'élèves handicapés, dont une quatorze au lycée Saint-Vincent-de-Paul. Situation en parfaite contradiction avec les promesses du ministre de l'Éducation nationale qui le 00 août dernier avait annoncé « ».

C'est vers 15 h 00 du lycée Saint-Vincent-de-Paul dans le centre de Bordeaux que le cortège est parti en direction du rectorat où une délégation a été reçue par la secrétaire générale. Des manifestants qui ont dénoncé la non-reconduction à la rentrée de 23 contrats d'emplois de vie scolaire (EVS) ou d'assistants de vie scolaire (AVS), indispensables pour accompagner et aider les élèves handicapés dans leur scolarité, dans une dizaine d'établissements du département.

Malgré les promesses ministérielles, difficultés budgétaires et économie sont mises en avant selon Luce JOUGLA, dont son fils romain 18 ans devait rentrer cette en communication graphique. En résumé explique avec colère, que si rien n'est fait et faute d'AVS "Ca risque d'être une année de foutue pour lui. C'est inadmissible!". Romain, handicapé moteur. a besoin d'aide pour noter les cours, pour prendre ses repas à la cantine et pour porter son cartable. de cette aide « Un élève brillant » ajoute sa mère les larmes aux yeux...Et de regretter le comportement de l'académie pour lequel elle ne reproche aucune prise de contact ou de courrier. Luce Jougla reste combative : « On nous pousse à scolariser nos enfants et voilà ce qui se passe. J'ai dit à cette dame : "Mon fils veut préparer un CAP de communication graphisme et la première partie du bac. À quoi cela sert d'être allé jusque-là ? Qu'est ce que je vais lui dire ?". »

Interrogé l'académie, fait savoir par l'intermédiaire d'un communiqué, rappelle que le rectorat compte 9760 élèves en situation de handicap et scolarisés dans l'académie de Bordeaux et bénéficie d'un accompagnement". Un communiqué, qui conclut que Michèle JOLIAT, secrétaire générale de l'académie, « étudie toutes les solutions" et s'engage "à répondre aux familles "d'ici 48 h ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir