Contenu principal

Message d'alerte

Une femme aveugle traversant la rue avec un feux tricolore sonore a Valencienne Alors que le Premier ministre Jean-Marc AYRAULT ne cesse d'exprimer partout sa volonté de simplification, sujet dont personne ne contestera qu'il mérite certainement d'être abordé, celui-ci a reçu le 26 mars dernier des mains des Messieurs Jean-Claude BOULARD, Maire du Mans et Alain LAMBERT, Président du Conseil Général de l'Orne, un rapport relatif à « l'inflation normative ». Reste que celui de l'accessibilité n'en fait pas partie ! l'immense retard du chantier de 2015 en reste la meilleure preuve.

Un rapport qui après ceux qui sont parus au mois de février, la FAF s'insurge contre les propositions du rapport LAMBERT-BOULARD, pour qui tout comme son président Vincent MICHEL, il s'agit là d'une nouvelle attaque en règle contre l'esprit et la lettre de la loi du 11 février 2005 relative «à l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ». Pour exemple de cette attaque, la part belle laissée désormais à l'évolution de la réglementation par le biais du décret supprimant ainsi à la représentation nationale son droit de regard vis-à-vis de l'évolution des normes relatives à l'accessibilité. La FAF et son président font part de leur surprise vis-à-vis de ce recul incontestable de la démocratie prôné par la majorité sortie des urnes voici bientôt un an.

Des reculs inacceptables...

La Fédération des Aveugles France, exprime aussi sa colère face à des promesses qui non seulement ne sont pas tenues, mais sont en recul. La FAF citant comme exemple la possibilité de revenir à un quota de 5% sur les logements neufs promis à la location saisonnière ou temporaire, en rupture totale avec le principe de conception universelle qui suppose l'accessibilité de tous les logements neufs aux personnes handicapées.

Même si la proposition la plus inacceptable, scandaleuse qui illustre la méconnaissance de ces élus des réalités de terrains et des questions relatives à la sécurité des personnes aveugles et déficientes visuelles. La FAF exige du premier ministre une prise de position ferme sur cet aspect du rapport et l'affirmation du rejet de cette mesure. De façon plus générale, la FAF comme bien d'autres associations s'inquiète des attaques régulières dont fait aujourd'hui l'objet la loi du 11 février 2005. Certes, notre pays traverse aujourd'hui une crise grave qui appelle l'effort de toutes et de tous. Cependant, sous ce prétexte, il serait totalement inacceptable que les personnes les plus en difficulté fassent les frais de mesures qui réduisent incontestablement leurs droits.

Des exemples récents pris dans l'actualité montrent que des moyens financiers non utilisés existent. Il serait préférable que le gouvernement s'attache à mobiliser ces moyens plutôt que de s'en prendre régulièrement et de façon détournée aux acquis d'une loi pourtant votée à l'unanimité par la représentation nationale.

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir