Contenu principal

Message d'alerte

Fin de vie une infirmiere au chevet d-une personnes maladeLe Sénat a adopté jeudi en deuxième lecture à une très large majorité la proposition de loi PS-Les Républicains sur la fin de vie, qui instaure un droit à un endormissement jusqu'au décès pour les malades en phase terminale, mais il l'a modifiée contre l'avis du gouvernement. Un vote dont 287 sénateurs de l'ensemble des groupes, à l'exception des écologistes qui se sont abstenus, ont voté pour, 10 étant contre. La proposition de loi doit faire maintenant l'objet d'une commission mixte paritaire.

La Fondation Jérôme Lejeune se félicite des dispositions respectueuses des vies humaines fragiles comme les personnes en situation de grand handicap ou de fin de vie, notamment l'affirmation que « l'hydratation est un soin qui peut être maintenu jusqu'au décès ». Elle se réjouit que le Sénat ait souhaité que les directives anticipées soient révocables à tout moment et que les « cas dans lesquels le médecin pourra ne pas appliquer les directives anticipées rédigées par le patient » aient été précisés.

En revanche la Fondation Jérôme Lejeune dénonce le mépris des sénateurs de droite qui n'ont pas considéré les trois amendements relatifs à l'affaire Vincent LAMBERT soutenus par des associations d'handicapés. En l'absence du sénateur Didier MANDELLI qui les avait déposés, ces amendements n'ont été ni soutenus, ni débattus. Retirés, ils n'ont pas été soumis au vote de la chambre.

La ministre de la Santé, Marisol TOURAINE déplore un recul par rapport à la version du texte de l'Assemblée nationale

« Le texte du Sénat, pesé au trébuchet, exempt de toutes les scories qui pouvaient provoquer les consciences, représente un geste d'humanité et de fraternité, qui honore notre assemblée », a lancé Françoise GATEL (UDI-UC). Tandis que pour Annie DAVID (Communiste, républicain et citoyen, CRC), « c'est une bonne synthèse ».

En revanche, la ministre de la Santé Marisol TOURAINE, qui a salué « un texte de progrès pour les patients », a déploré le « recul non seulement sur la version de l'Assemblée nationale mais aussi sur la loi Leonetti de 2005 » induit par les modifications du Sénat. On a enfin une loi sur la fin de vie mais reglera-t-elle les différents cas à venir comme par exemple l'affaire Vincent LAMBERT ou d'autres qui pourraient subvenir dans le futur.

La Rédaction / Avec AFP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir