Contenu principal

Message d'alerte

Lancement du premier comite locale d aide aux victimesLa Secrétaire d’État auprès du premier ministre, chargé de l’aide aux victimes, Juliette MEADEL, a publié le 8 février 2016 un décret au journal officiel crée un comité interministériel de l'aide aux victimes et un secrétariat général à l'aide aux victimes. Une création dont la FNATH se félicite afin à long terme de coordonner une politique gouvernementale au-delà des élections présidentielles une politique d’accompagnement des victimes. La FNATH qui comme d’autres regrette cependant que seules certaines catégories de victimes soient en prise en compte.

Un comité interministériel et du secrétariat général à l'aide aux victimes doivent permettre de renforcer et de faciliter la coordination de l’intervention de l’ensemble des ministères dans l’accompagnement des victimes ou la prévention des accidents.

De victimes discriminées...
Alors que la ministre était aujourd’hui ce 9 février dans le Var à l’occasion du premier comité local d’aide aux victimes. La FNATH exprime ces regrets et sa déception à la lecture du décret qui prévoit semble-t-il uniquement la prise en charge que de certains types de victimes. (terrorisme, accidents collectifs, catastrophes naturelles, sinistres sériels et autres infractions pénales, notamment en matière d'indemnisation).

Faut-il alors mieux être une victime dans le cadre d’un évènement tragique et médiatique, plutôt qu’une victime silencieuse s’interroge la FNATH. Une forme de discrimination ? Ont peut le croire, car comme le rappel l’association dans son communiqué, les autres victimes liées au travail, c’est-à-dire plus de 500 décès officiels par an uniquement pour les accidents du travail, sans compter les décès liés aux maladies professionnelles et plus largement les milliers de personnes blessées et mutilées.

Des victimes continueront à être des victimes silencieuses, non médiatiques. Auquel il ne faut pas oublier les victimes de médicament ou de scandale sanitaires ou de la sécurité routière...

Un accès pour toutes les victimes...
Des victimes dont la Fédération nationale souligne que « même une victime isolée, même une victime non médiatique, même une victime dans le cadre d’un évènement qui ne secoue pas à juste titre l’émotion nationale, devrait pouvoir bénéficier de cette politique et de cette coordination interministérielle afin de mettre fin au parcours du combattant administratif et juridique auquel elles sont confrontées ». Des lois dont la loi travail n’a pas été facteur d’amélioration dans ce domaine et pour lequel il convient de moderniser des systèmes d’indemnisation qui date comme celle sur l’indemnisation des accidents du travail date de 1898 !

La FNATH souhaite et invite le prochain secrétaire général à l’aide aux victimes « d’intégrer ces dimensions et pour enfin mettre fin aux discriminations entre victimes ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Source : La FNATH 2017

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir