Contenu principal

Message d'alerte

Façade extérieur de la cour des comptesCela n'est plus un secret le taux de chômage des travailleurs handicapés ne cesse de progresser pour preuve + 13,9 % en 2011 et deja 5,7 % dans le premier semestre 2012. Des chiffres inquiétants et qui prouvent l'absence de qualification n'est pas la seule raison. L'autre serait comme vient de le rendre public la Cour des comptes, « Le pilotage de la politique d'insertion professionnelle des personnes handicapées est déficient et il peine à assurer le respect du principe d'égalité d'accès au service public de l'emploi. ». La Cour des comptes qui regrette notamment le manque coordination des travailleurs entre Pôle emploi et les Cap emploi handicapé.

Pour l'APF « L'orientation vers les Cap emploi s'est même faite, dans bon nombre de cas, selon une logique de quota : les agences de Pôle emploi ont orienté les demandeurs d'emploi vers les Cap emploi tant que des places y étaient disponibles. En 2008, certaines régions avaient ainsi épuisé leur quota (...) dès le moi de juin. » Une étude a montré que les travailleurs handicapés suivis par Pôle emploi étaient en moyenne moins qualifiés et avaient moins souvent travaillé que ceux qui sont suivis par les Cap emploi. Le monde à l'envers... Cette situation « résulte des carences de la convention Pôle-emploi - Agefiph », qui ne prévoit pas « des éléments d'appréciation de la distance à l'emploi dans la répartition des publics entre les opérateurs ».

De plus, la Cour des comptes déplore que l'État ne soit pas partie prenante de cette convention. Car le pilotage de la politique de l'emploi est partagé entre l'État et l'Agefiph. Ou, pour être plus précis, l'était. La loi du 28 juillet 2011 tendant à améliorer le fonctionnement des Maisons départementales des personnes handicapées stipule en effet que, désormais, « l'État assure le pilotage de la politique de l'emploi des personnes handicapées ». La Cour des comptes s'en félicite : « La création par ce texte d'une obligation légale de conclure une convention pluriannuelle d'objectifs et de moyens entre Pôle emploi, l'Agefiph, le FIPHFP et la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie est une occasion à saisir pour que soient réévalués les rôles respectifs de l'État et de la négociation collective ».

La Rédaction

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir