Contenu principal

Message d'alerte

session-pleiniere-de-la-CDAPHSauver & Fermer Département fortement touché par le handicap, il est aussi dans de ces départements ou le coût de la vie est plus élevé qu'en métropole et véritable source de pauvreté pour ceux qui sont contraints de vivre l'AAH. Une intégration que la société réunionnaise et le conseil général ont souhaité réaffirmer son soutien lors d'une séance plénière de la CDAPH rassemblant près de 80 personnes afin de présenter le bilan d'activité 2011 et renouveler sa gouvernance pour les deux prochaines années. Inquiét de certaines dérives le coprésident de la CDAPH, Patrick ERUDEL, précisera que le département a le devoir « face a la souffrance permanente causée par le handicap».

Sous la coprésidence de Patrick, ERUDEL, conseiller général délégué aux personnes handicapées et de Ronan BOILLOT, nouveau sous-préfet en charge de la cohésion sociale, Gérard SANGARIA, a été élu Président de la CDAPH. Il succède à Nathalie FAUCHER, Présidente de l'association Autisme Réunion. Patrick ERUDEL s'est félicité « de cette continuité dans le changement. Grâce à la CDAPH et à l'engagement de tous les acteurs, nous avons une image fidèle des besoins et des demandes en termes de handicap dans l'île. Notre souci, c'est avant tout la défense des usagers ». L'occasion aussi de présenter le rapport d'activité.

Un handicap en permanente évolution

Avec accompagner d'une présentation détaillée et statistique des évolutions et des enjeux du handicap à la Réunion le rapport d'activité a montré a confirmé le niveau très important de l'activité de la MDPH de la Réunion. Ainsi, on constate que 13 530 individus ont sollicité la MDPH pour 32 366 prestations demandées, soit en moyenne 2,4 prestations demandées par individu (contre 2,2 en 2010). 61 % de demandeurs de sexe masculin et 68 % sont des adultes. La demande de prestations poursuit sa progression avec un niveau en 2011 correspondant au double de la demande enregistrée en 2006. 52 % des demandes concernent des allocations et de cartes (invalidité, priorité et stationnement) et 28 % des orientations scolaires et professionnelles.

Concernant la décision CDAPH en 2011, ce sont 33 038 prestations et droits qui ont étaient examinés et statués en 2011, par la CDAPH (contre 24 605 demandes en 2010). 72 % en moyenne sont des décisions d'accord. Ces décisions ont concerné 14 854 individus dont 29 % ont moins de 20 ans et 63 % entre 20 et 60 ans. Dans le cadre de l'ouverture des droits en 2011 en termes de droits distincts ouverts issus des décisions d'accord, on dénombre au total 24 812 droits ouverts (contre 21 000 en 2010) pour 13 030 personnes concernées (contre 11 115 personnes en 2010).

Enfin concernant les recours gracieux le taux de recours gracieux au vu du nombre de recours déposés le total des réjets prononcés sont de 8 % en 2011 contre 7 % en 2010. La CDAPH ayant examiné 547 recours en 2011 dont 46 % ont débouché sur une infirmation de sa décision initiale au vu des éléments nouveaux apportés par les demandeurs ou encore après clarification des points imprécis du dossier médical initial.

Inquiet de cette évolution le coprésident de la CDAPH, Patrick ERUDEL, précisera que le département a le devoir « face a la souffrance permanente causée par le handicap (...) C'est pourquoi nous devons accompagner et soutenir de notre mieux les personnes handicapées dans leur quotidien. (...) et de leur garantir l'épanouissement auquel ils ont droit au même titre que chaque citoyen ».

C'est quoi la CDAPH ?

Pour rappel celle-ci a été institué depuis le vote de la loi 11 février 2005 créant ainsi une nouvelle instance de décision Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) avec une vraie autonomie de fonctionnement et composée, pour un tiers de ses membres, de représentants de personnes handicapées et de leurs familles. Situé au sein de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH),

La CDAPH se prononce sur l'orientation de la personne handicapée et les mesures propres pour assurer son insertion scolaire, professionnelle ou sociale, désigne les établissements et services, apprécie si le taux d'incapacité de la personne handicapée justifie l'attribution de cartes, de l'AEEH, de l'AAH et éventuellement de leurs compléments, attribue la prestation de compensation du handicap, apprécie la capacité au travail et reconnaître la qualité de travailleur handicapé. Elle statue sur l'accompagnement des personnes handicapées de plus de 60 ans hébergées dans des structures pour personnes handicapées.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir