Contenu principal

Message d'alerte

François HOLLANDE lors de son discours au Etat généraux de la démocratie a la Sorbonne a Paris le 5 octobre 2012Elle avait déjà mis en garde l'ancien président de la république et demandé une concertation sur le dossier de la décentralisation. Le comité d'entente réunissant plus de 70 associatifs représentatives des personnes en situation de handicap et de leurs familles et qui souhaite à nouveau l'ouverture de discussion avant toute prise de décision.

Des associations qui veulent pouvoir déterminer la pensé exacte du chef de l'État affirmant lors de ses états généraux de la démocratie territoriale, « les départements se verront confier l'ensemble des politiques du handicap et de la dépendance, hors du champ de l'assurance maladie, transfert qui imposera de définir un financement suffisant et pérenne aux Conseils généraux ».

Une annonce qui a suscité évidemment interrogations et craintes auprès de l'ensemble des associations. Une telle décision aurait en effet un impact important pour les personnes en situation de handicap, puisque la totalité de la politique de l'Etat est susceptible alors d'être concernée : Allocation aux adultes handicapés, ESAT, entreprises adaptées, protection juridique des majeurs. Cela concerne l'avenir de près de 2.000.000 de personnes en situation de handicap. Les actes I et II de la décentralisation ont montré des mises en oeuvre, dans les départements, qui ont conduit à des différences sources d'inégalités.

C'est pourquoi, le Comité d'entente demande au Chef de l'État des précisions sur le périmètre de la politique du handicap susceptible d'être transférée et d'engager une concertation avec les associations avant toute prise de décision.

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir