Contenu principal

Message d'alerte

Hémicycle du conseil régional île de France en séance plénière le 17 novembre 2011Confié par la loi "Hôpital, patients, santé et territoires" du 21 juillet 2009 aux Agences régionales de santé la mission d'élaborer un Projet régional de santé (PRS) pour 5 ans avec l'objectif voulu de répondre à plusieurs questions comme l'organisation des soins en en ile de France ? Et comment l'améliorer ? Des réponses qui ont trouvé des réponses dans une synthèse de plusieurs milliers de pages pour lequel la région devait apporter un avis consultatif avant son approbation définitive fin 2012.

Un non sur la forme et les moyens mis en oeuvre

La région île de France qui vient dans le cadre d'une séance plénière le 23 novembre 2012 un avis non favorable sur le Projet régional de Santé (PRS) proposée par l'Agence régionale de santé (ARS). Une décision que le Président Jean-Paul HUCHON et Laure LECHATELLIER, sa vice-présidente en charge de la Santé, ont estimé « comme incompatible avec les premières mesures prises le PLFSS 2013 ».

La région insistant sur l'absence de façon significative de points de nature à faire évoluer le PRS dans ce document citant notamment la redéfinition du service public hospitalier, la suppression de la convergence tarifaire publique privée, la prise en charge intégrale de tous les IVG et contraceptifs pour les mineures de 15 à 17 ans, développement du tiers payant. La vice-présidente appuyant notamment sur « l'étude des schémas et des programmes d'actions présentés dans le PRS démontrent l'insuffisance de la prise en compte des besoins des Franciliens et des réponses proposées ». Selon elle.

Un avis qui vient aujourd'hui comme un rappel a celui que la région avait donné en juin 2011 avec l'avis négatif concernant le Plan stratégique régional de santé (PSRS), premier volet du PRS. Un conseil qui avait souhaité pour cela voter sa politique régionale de santé en septembre dernier axée sur la prévention, l'amélioration de l'accès aux soins et le renforcement de l'offre de soin.

Si la région ne semble pas en accord avec les moyens mis en œuvre, elle semble néanmoins d'accord concernant le diagnostic porté par l'ARS sur : les difficultés sanitaires et médico-sociales en Ile-de-France, avec une volonté marquée de mettre en avant la prévention et un parcours de santé fluide pour le patient.

Des éléments qui restent insuffisants pour la région, notamment : la difficulté de financement qui transparaît dans l'ensemble du PRS en particulier sur le volet prévention une absence inquiétante de priorisation, des enjeux importants non pris en compte notamment sur le volet hospitalier, un traitement plus que partiel des risques environnementaux et des lacunes dans le projet de gouvernance.

Un avis partagé par le conseil de Paris

Logo Projet régional de Santé (illustration)De son côté, le Conseil de Paris a émis lui aussi un avis réservé. «Le PRS est pris dans une triple problématique : une situation fortement contrainte au niveau national avec la crise de la démographie médicale et des finances restreintes, une conception de la santé dépendante de la loi HPST (Hôpital Patient Santé Territoire) et la volonté de réduire les inégalités territoriales, le tout avant la fin de l'année.

Au lieu de partir des problèmes des territoires, comme ils avaient été évoqués lors des Assises régionales et départementales de la santé, le projet consiste donc surtout en propositions d'ordre bureaucratique, faîtes par des experts qui raisonnent en experts», regrette Fabien Cohen, responsables de la coordination Mondor.

Les spécificités de l'île de France

Un PRS de l'Ile de France doit composer avec ses spécificités. Comme l'ensemble de la France, ce territoire de 12 millions d'habitants connaît à la fois un vieillissement de la population (des patients... et des soignants qui peinent à être remplacés) et une croissance maladies chroniques comme le cancer, le diabète ou les maladies cardio-vasculaires.

La région se distingue par sa population globalement plus jeune et plus riche, mais aussi par une proportion plus importante de porteurs de certaines maladies comme le VIH ou la tuberculose. Elle est aussi traversée d'inégalités profondes, à la fois entre l'Est et l'Ouest (les trois départements de l'Est parisien, le Val de Marne, la Seine Saint-Denis et la Seine et Marne ont par exemple un taux plus important de cancer), et entre le centre et la périphérie. Auquel il faut ajouter le taux important de maladie invalidante ou de longue durée.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir