Contenu principal

Message d'alerte

Discours de cloture de la journee avec les departements une reponse pour tousLa secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, Ségolène NEUVILLE, à réunit ce 10 novembre 2015, vingt trois départements pionniers, se disent engagés dans le déploiement d'un plan visant à rendre moins chaotique le parcours des enfants et adultes handicapés sans solution d'accueil en France.  Un défi est de taille. Quelque 1 580 enfants et plus de 4 500 adultes sont actuellement placés dans des établissements en Belgique, faute de structures adaptées en France.

Au moins 47 000 personnes handicapées sont aussi sur liste d'attente pour le seul réseau de l'Unapei qui regroupe les associations de personnes handicapées mentales et leurs familles."

Ce mardi, les représentants des départements pionniers qui ont fait acte de candidature, du Haut-Rhin à la Drôme, en passant par la Côte d'Or, le Morbihan, la Sarthe, la Loire ou le Pas-de-Calais, et les quatre pilotes des quatre axes du projet doivent échanger autour de tables rondes avant la clôture par la secrétaire d'État, Ségolène Neuville, en fin d'après-midi.

Cette journée doit être lancée par Denis PIVETEAU, auteur du rapport « Zéro sans solution » qui insistait sur le devoir collectif de permettre un parcours de vie sans rupture pour les personnes en situation de handicap et leurs proches, et par Marie-Sophie DESAULLE, chargée du pilotage de ce projet baptisé « Une réponse accompagnée pour tous ».

Marie-Sophie DESAULLE : « L'objectif, c'est qu'à fin 2017 tout le monde puisse mettre en oeuvre le dispositif »

Avec ces 23 départements, il ne s'agit pas « d'une expérimentation mais d'un déploiement progressif par vague. L'objectif, c'est qu'à fin 2017 tout le monde puisse mettre en oeuvre le dispositif », explique Marie-Sophie DESAULLE.

Le but de cette réforme organisationnelle et de pratique professionnelle est de proposer une réponse individualisée à chaque personne handicapée. Comment y parvenir ? Chaque mois, les pilotes des quatre axes devraient se réunir et échanger, notamment sur les changements de pratique. Il sera proposé aux organismes en charge de construire un plan d'accompagnement global pour chaque personne handicapée le nécessitant et de désigner un coordinateur. Ce plan d'accompagnement global ne pourra se faire sans l'accord de la personne concernée. Quant aux établissements, ils auront l'obligation de motiver leur refus. Ce qui est nouveau.

Mi-octobre, Ségolène NEUVILLE annoncé le déblocage de 15 millions d'euros pour créer des places dans les établissements existants

Les familles, les personnes handicapées, ceux qui suivent un jeune par exemple, seront autour de la table pour que l'orientation des enfants ou adultes vers une structure corresponde à leurs besoins. Auparavant, « on tentait de faire entrer une personne dans une case au lieu d'adapter la case à la personne », relève Marie-Sophie DESAULLE.

Mi-octobre, Ségolène NEUVILLE a annoncé le déblocage de 15 millions d'euros en 2016 pour créer des places dans des établissements existants et développer des services à domicile, une enveloppe jugée insuffisante par les associations au regard des besoins. Une situation qui n'est pas près de se régler de si tôt pour les personnes handicapées qui pour l'heure sont encore une fois laissées sur le bord de la route.

La Rédaction / Avec AFP

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir