Contenu principal

Message d'alerte

Le nouveau conseil consultatif du handicapLa Présidente de région, Valérie PECRESSE, qui vient d’annoncer son ralliement a la Candidature d’Alain JUPEE pour la primaire de la Droite et du Centre, a renouvelé le 3 novembre dernier, le Conseil consultatif du handicap (CCH) de la Région Île-de-France. Un Conseil consultatif qui comprend 40 personnalités qualifiées et du secteur associatif, lancé en présence Pierre DENIZIOT, Délégué spécial en charge du handicap et Farida ADLANI, vice-présidente chargée de l'Action sociale, de la Santé et de la Famille. Une annonce qui devrait soulager les associations comme l’APF qui avait dénoncé « l’oublie » du renouvellement du CCH.

Un organisme pourtant obligatoire et que d’autres régions comme la région Occitanie a mis en place des juillets 2008. Présidé par M.SIMON et animé par les élus régionaux des thématiques impliqués selon les groupes de travail et qui comporte plus de 200 membres à ce jour. À ce jour, le groupe Transports s’est réuni six fois, le groupe Formation à quatre reprises et le groupe Citoyenneté à trois reprises. En complément, le Conseil s’est réuni, trois fois, en Assemblée plénière pour la présentation annuelle du bilan de la politique régionale en faveur des personnes handicapées.

Le handicap une problématique transversale ?
Une annonce qui fait plaisir aux dirigeants de l’APF qui avait dans un communiqué en septembre dernier, dénoncé l’oubli de la présidente Valarie PECRESSE depuis la mise en place de son nouvel exécutif de renouveler le Conseil Consultatif des personnes handicapées, instance régionale au sein de laquelle sous l’ancienne mandature, furent proposés par les 34 membres de cette assemblée.

Composé de 17 représentants associatifs et 17 personnalités qualifiées, il avait permis des appels à projets novateurs pour la construction et le soutien aux travaux des établissements et services médicaux sociaux , la mise en place de l’Agenda 22 les soutient associatifs et solidaires aux projets locaux dans les huit départements franciliens pour la défense des droits, la mise en place des Ad’AP des lycées franciliens...

Objectif : participer aux décisions...
Désormais composé de 40 personnalités qualifiées, présidents ou référents handicap d'associations diverses. Le CCH se réunira une fois par trimestre. Il aura un rôle consultatif et pourra être forcé de proposition sur l'ensemble des domaines d'intervention de la Région qui concernent les personnes en situation de handicap. Il émet également un avis sur la mise en œuvre de l'agenda 22, c'est-à-dire le plan régional pour l'égalité des personnes en situation de handicap et des personnes valides.

« Je présiderai ce CCH avec la volonté que la parole soit libre et constructive » précise, Pierre DENIZIOT, Délégué spécial en charge du handicap qui annonce vouloir placer ainsi les personnes en situation de handicap au cœur de ses préoccupations pour leur garantir une Région accessible et accueillante. Souhaitant ainsi par la présence des participants pouvoir « Bénéficier de l'expertise d'une quarantaine de représentants associatifs et personnalités qualifiées est une grande chance pour le conseil régional ».

En plus de l'emploi des personnes en situation de handicap, grande cause régionale érigée début 2016, la Région développe aussi de nombreuses actions dans toutes ses politiques publiques afin de leur permettre d'exercer pleinement leur citoyenneté dans tous les domaines de la vie courante.

Soulignant qu’« Au-delà de la concertation que permet ce CCH, j'ai demandé à tous les membres d'être de véritables sentinelles, dans leurs territoires, dans le champ des différents types de handicaps, pour nous faire remonter des problématiques oubliées ou émergentes »

Une région fortement concernée par le handicap... ?
En Ile-de-France aujourd’hui, un peu plus de 50 000 personnes handicapées sont sans emploi. Et seuls 20% des établissements franciliens respectent l’obligation d’au moins 6% de travailleurs handicapés contre 31% en moyenne en France.

L’objectif de la Région serait également, selon l’APF, qui doute de cette volonté d’avoir, « une approche volontariste sur cette thématique avec ses partenaires pour partager cette priorité régionale avec l’ensemble des acteurs du territoire, notamment dans le cadre des instances partenariales régionales (Conseil stratégique pour l’attractivité et l’emploi, Comité régional de l’Emploi, la Formation et l’Orientation professionnelle -CREFOP, etc.) ... ».

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir