Contenu principal

Message d'alerte

Handicap Vote_BulletinDes députées de gauche, dont l'ancienne ministre aux personnes handicapées Marie-Arlette CARLOTTI (PS), ont appelé aujourd'hui à ce que les conditions d'exercice du droit de vote soient mieux garanties pour les personnes en situation de handicap, à l'occasion des élections départementales. Recupération politique ou réelle préocupation ? la  situation a ce jour est loin de répondre aux exigences de la loi 2005.

Une question certes importante et même essentielle, pour les personnes handicapées, mais a deux jours du scrutin les questions de fond et notamment la politique sociale du handicap n'aura pas fait l'objet de véritable discussion.

« Aujourd'hui encore, il nous reste des progrès à faire pour que les personnes en situation de handicap bénéficient d'une meilleure inclusion dans l'exercice de la vie citoyenne », estiment dans un communiqué cinq parlementaires, dont également Martine CARRILLON-COUVREUR (PS), Dominique ORLIAC (radicaux de gauche), Martine PINVILLE (PS) et Annie Le HOUEROU (app PS).

Des députées ont rappelé notamment l'exigence de la loi de 2005 et celle de la convention de 2010 et la conduite d'une mission parlementaire. Un travail qui n'aura pas permis semble-t-il de résoudre notamment pour les mal ou non voyant dont les associations attendent toujours des bulletins de vote lisible comme le rappelé Jérémy PREGO a dû être guidé physiquement pour introduire l'enveloppe dans l'urne ainsi que pour la signature, a l'occasion des élections municipale et européenne en 2014.

Pire encore puisque le gouvernement a semble-t-il selon la CFPSAA, mise en ligne de la propagande électorale des candidats dans cinq départements : Allier, Aude, Ille-et-Vilaine, Loire-Atlantique et Savoie, mais les documents publiés sur le site du ministère sont en format PDF image, totalement inaccessibles aux citoyens déficients visuels.

Récupération ou préoccupation de dernières minutes ont pourrait être tenté de le croire pour ces élues demandent que chaque électeur ait « accès aux bureaux de vote et à l'isoloir par des aménagements adaptés aux personnes à mobilité réduite », un point qui ait le cas déjà environ huit ans environ. Et souhaité qu'il ait « la possibilité de s'informer et de lire les bulletins de vote grâce à la mise en place d'un accompagnement, d'un accueil et d'une signalétique visuelle » et que soit respecté « l'ensemble des normes techniques d'accessibilité applicables aux équipements et techniques de vote » précise le communiqué. Un dernier point auquel ces élus semblent oublier que le gouvernement aurait pu mettre ces éléments lors du vote des élections municipal et des Européennes en 2014 ce qui n'a pas été fait.

La Rédaction

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir