Contenu principal

Message d'alerte

2012.02.03.parrainages-election-presidentielle-2012Dans la course aux 500 parrainages pour la présidentielle, la candidate du Front national, Marine le Pen, qui avait déposé une question prioritaire de constitutionnalité, marque un premier point. Le Conseil d'État a annoncé dans sa décision le renvoi de celle devant le Conseil constitutionnel. Une trop grande victoire ou certains comme Corinne LEPAGE appelle à une mobilisation des « candidats républicains » et d'autres comme Martin HIRCH, président de l'agence du service civique en appel François Hollande et le président Nicolas Sarkozy a « impérativement se positionner au plus vite ».

Le Conseil constitutionnel qui a dans un communiqué à fait savoir que le calendrier lui permettant de statuer sur cette QPC avant le 22 février date de l'examen en Conseil des ministres du décret de convocation des électeurs ouvrant le début de la période de recueil des « parrainages » pour l'élection présidentielle. La QPC a été notifiée dès le 2 février aux parties et autorités de l'État pour qu'elles puissent produire des observations avant le 9 février. Après notification de celles-ci à toutes les parties, des secondes observations en réponse pourront être déposées avant le 14 février. 2012.02.03.parrainage la course au présidentielleL'audience publique se tiendra le 16 février.

Selon un sondage réalisé par Ifop, l'anonymat serait demandé par 68%% des Français et cela dès les prochaines élections présidentielles. La candidate écologiste pour qui « Il n'est pas concevable de laisser à Marine le Pen et à l'extrême droite le monopole de cette démarche ». Avant de conclure « Nous sommes dans une crise politique majeure et notre démocratie est en danger : le détournement de la règle des parrainages par les grands partis n'est plus acceptable. Les maires font l'objet de pressions, beaucoup me le disent. Voilà pourquoi il faut revenir à la loi garantissant l'anonymat des parrains de candidats ». Une démarche soutenue par beaucoup d'autres candidats comme celui plus incroyable de Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière. Cette dernière a jugé, jeudi 2 février, qu'il ne serait "pas normal" que le FN ne puisse être représenté dans la course à l'Élysée, ajoutant lors d'une intervention sur chaîne d'information, que le système de parrainage n'était « pas démocratique ».

Seule UMP, Modem ou encore le Parti socialiste ne semble pas eut intéressé à cette question estimant celle-ci sans intérêt. Un refus de discussion qui prouve pourtant que ce système n'en reste pas pour le moins très avantageux pour ces derniers. Garantissant en effet à deux ou trois grands partis un quasi-monopole ce qui n'est pas vraiment là un acte démocratique.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir