Contenu principal

Message d'alerte

2012.03.16.affiche-receuil-de-amgvfAlors que la campagne présidentielle bas son plein face,l'Association des maires de grandes villes de France (AMGVF), présidée par Michel DESTOT, a décidé de faire entendre la voix, des maires et présidents des 98 villes et groupements des communes de plus de 100 000 habitants, à travers un recueil « d'initiatives exemplaires, Propositions concrètes ». Seule déception et de taille, l'absence totale d'un sujet essentiel dans nos villes, celle de l'intégration de la présence des personnes en handicap.

Un recueil adressé aux dix candidats des élections présidentielles, qui selon l'AMGVF constitué d'initiatives de terrain qui améliorent la vie de la cité, celles de nos concitoyens, avec un but « inspirer les politiques de demain ». Des questions qui souvent par leurs positions aux cœurs villes auxquels ils sont confrontés. Qu'il s'agisse de cohésion territoriale, de vitalité de nos entreprises, de solidarité, logement, d'éducation de sécurité quotidienne, de transport ou encore du rayonnement culturel de notre pays.

Seule déception pour ceux qui estime dans leurs communiqués affirmés que ce document se veut être une « contribution positive au débat qui mobilise la France. Une contribution faite d'actions innovantes, et de propositions concrètes inspirée du travail des élus qui partagent, au-delà de leurs sensibilités, les mêmes préoccupations et les mêmes exigences. Avec l'espoir que les candidats s'en inspirent pour améliorer les conditions du vivre ensemble ».

« Un vivre ensemble dans les villes » pour lequel l'AMGVF à travers ce document de 14 pages oublie totalement les questions qui sont pourtant aux cœurs des interrogations des personnes en situation de handicap et des associations représentatives. Un document, qui s'il confirme être réellement l'expression de l'association, tend à nous prouver que la loi concernant notamment l'accessibilité ne sera pas respectée pour le 1er janvier 2015. Pour preuve la ville de Nantes et son maire Jean-Marc AYRAULT, qui garde son pôle positon dans le baromètre de l'accessibilité de l'APF, celle-ci est loin d'être accessible notamment pour le handicap visuel ou auditif ou encore mental.

Au final « la France urbaine du vivre ensemble » ignore 11 % de sa population âgée de moins de 65 ans et plus de 20 % s'y sont ajouté les personnes de plus de 65 ans pouvant être en situation de perte d'autonomie. Il y t-il là un réel engagement pour une intégration de tous les citoyens ? Nous avons pour cela interrogé le Président Michel DESTOT, un entretien que vous pouvez retrouver dans la rubrique interview à partir de la semaine prochaine.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir