Contenu principal

Message d'alerte

Façade du siège de l'agence régionale de santé du Nord Pas de Calais à LilleArrêté le 18 février par l'ensemble des directeurs des ARS, chaque projet établi pour cinq ans va ainsi définir les réponses aux besoins de santé de la région.

Un PRS construit en trois volets

Le plan stratégique régional de santé constitue le premier volet du PRS. Il prévoit la façon dont l'offre de soins doit évoluer et il fixe des objectifs en matière d'accès aux soins, d'efficience et de qualité des soins. Le deuxième volet du PRS définit les schémas d'organisation à mettre en place dans le secteur de la prévention, de l'hospitalisation, de la médecine de ville et du médicosocial. Le troisième volet du PRS détaille les programmes d'actions à déployer. Ou comme le précise le secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales, « d'améliorer l'espérance de vie en bonne santé, promouvoir l'égalité devant la santé et enfin développer un système de soins et de santé de qualité, efficient et accessible ».

Exemple de 15 priorités d'action de santé

Ainsi le projet régional de santé définit en Alsace a lui définit 15 priorités d'actions de santé dont par exemple la prévention des pathologies qui ont l'impact le plus fort sur la mortalité (maladies cardio-vasculaires, cancers ...) et l'accompagnement à l'autonomie des personnes en situation de fragilité (personnes âgées, personnes handicapées, personnes souffrant de pathologies mentales et de handicap psychique, accès aux soins des plus démunis).

Au sein de la région PACA, la psychiatrie et la santé mentale sera l'une des priorités. Il a notamment pour objectifs de favoriser un accès plus équitable au système régional de la santé et de l'autonomie. Il vise l'amélioration de l'orientation de la population dans le système de santé et la coordination des acteurs de santé.

Tout comme la région de Bourgogne qui entend garantir par un maillage territorial une offre de soin, soutenir l'autonomie des personnes en situation en handicap et/ou âgées, développer les capacités des adolescents et des jeunes adultes à être acteurs de leur santé avec le lancement d'un « passeport santé jeunes », organiser la prise en charge des maladies chroniques et des polypathologies et réduire les inégalités territoriales.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir