Contenu principal

Message d'alerte

la Croix-Rouge française porte son action vers l'accès aux soins, la prise en charge des handicapés,  l'hébergement médicalisé des personnes âgées ou comme ici dans un centre de Rééducation…© CRAlors que la ministre des Affaires sociales et Santés, Marisol TOURAINE, n'a eu de cesse d'apprendre la reprise du déficit de la sécurité sociale après deux ans de stabilité, celle-ci a reçu des mains du président de l'association Handidactique I=MC2, Pascal JACOB un rapport contenant une série de propositions pour permettre meilleur un accès à cette santé de plus en plus lointaine aux personnes handicapées. Des propositions dans lequel la ministre en charge des personnes handicapées, Marie-Arlette CARLOTTI, présente à cette cérémonie a promis de s'appuyer.

Parmi les pistes 150 pistes présentées dans le rapport au nombre de 150 quelques-unes seront « jugées intéressantes ». Par celles-ci figurent notamment des propositions pour améliorer l'accès aux soins courant, tel que dentistes et généralistes, la prise en charge hospitalière, l'accessibilité des lieux de soins, l'accès à la prévention, la formation des professionnels, le soutien aux familles, la collaboration entre les secteurs sanitaires et médico-sociaux, a notamment relevé la ministre, interrogée par l'AFP.

La ministre Marie-Arlette CARLOTTI qui a cependant jugé « totalement inacceptable » la proposition de créer un label accessibilité pour les structures de soins, qui selon elle « remettrait profondément en cause les ambitions de la loi handicap de 2005 », car elle limiterait les exigences d'accessibilité.

Regrettant également que « le rapport fasse l'impasse sur les obstacles financiers à l'accès aux soins: avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté, mais trop élevé pour accéder à la CMU, les bénéficiaires de l'Allocation aux adultes handicapés (AAH) ne peuvent accéder à des soins ».

Reste que dans un dernier son Ifop réalisé pour acteur public et et Ernst & Young 47 % Français interrogés semble faire de moins en moins confiance au regard des pouvoirs publics pour moderniser le système de santé, préférant à tort ou raison que des professionnels de santé ou encore les mutuelles et les assureurs semblent mieux disposés.

Le comité interministériel sur le handicap, dont la date n'a pas encore été fixée par le Premier ministre Jean-Marc AYRAULT, mais qui devrait avoir lieu en juillet, portera sur plusieurs autres chantiers relatifs à l'éducation et la jeunesse, le vieillissement des personnes handicapées sujettes toujours aussi délicats tout comme l'accessibilité, à préciser la ministre Mme CARLOTTI.

Des associations qui espèrent des décisions concrètes

Des associations qui de leur côté n'ont formulé qui ont elle fortement soutenu l'intégralité des propositions considérant bien au contraire comme l'Unapei que le rapport rejoignent totalement celles du livre blanc pour une santé accessible aux personnes handicapées mentales par l'Unapei et présentait le 17 mai dernier. L'Unapei demande au gouvernement de s'appuyer sur ces propositions et attend des décisions concrètes sur le parcours de soins, notamment lors du comité interministériel sur le handicap qui devrait avoir lieu en juillet. Une vision partagée également par la Fnath qui indiqué dans un communiqué qu'elle « partageait l'esprit de ces propositions » et a dit attendre « des décisions concrètes ». Ou encore par l'APAJH rapporteur d'un des ateliers celui de la prévention, qui « se félicite des mesures concrètes fondées sur une prise en compte élargie de l'environnement de la personne en situation de handicap » et déclaré partagé « les positions des ministres mobilisées sur le sujet ». Et de précisé que « Le droit à la santé est un droit essentiel pour tout citoyen et reste encore aujourd'hui un facteur d'exclusion pour les personnes en situation de handicap, pour qui il n'est pas véritablement garanti ».

Stéphane LAGOUTIERE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir