Contenu principal

Message d'alerte

Un homme en Fauteuil avec inquiétude choisir le montant de sa pension ou de son AAH dans un distributeur (Illustration Archive 2012)Alors que les vacances pour ceux qui ont pu partir sont désormais terminée, la réalité quotidienne ce rappel à nous parmi celles-ci la revalorisation après bien des incertitudes de l'AAH qui interviendra au 1er septembre prochain.

Une progression restant bien en dessous des besoins réels de ces allocataires avec augmentation de 1.75 %.

Une annonce qui a provoqué non seulement les bénéficiaires, mais aussi l'ensemble des associations pour lequel ses allocataires vivent toujours eux en dessous du seuil de pauvreté.

Alors que le quinquennat précédent avait mis en œuvre une réelle revalorisation bien qu'encore insuffisante comme le rappel les associations pour sortir handicapés et invalides d'une grande précarité avait été obtenue.

Certains avaient imaginé que cette mesure aurait été maintenue voire amélioré par un gouvernement de gauche, ce qui véritablement ne sera pas le cas.

Un gouvernement qui au-delà de cette augmentation aux minima pour 2013, intentions et volontés politiques du gouvernement restent flou sur une véritable politique du handicap. La Fnath qui de son côté fortement déçu par l'annonce de ce jour demande au gouvernement d'annoncer clairement ses intentions, afin d'informer les bénéficiaires de l'AAH, particulièrement inquiètes devant cette incertitude, alors que le Premier ministre a récemment annoncé que « l'État allait faire des économies sans précédent ».

La fédération, qui si elle reste consciente du contexte économique, estime indispensable « de poursuivre une revalorisation forte de cette allocation, au-delà d'un simple ajustement sur l'inflation, en attendant l'ouverture d'une véritable réflexion sur l'instauration d'un véritable revenu d'existence pour les personnes handicapées ».

Un avis partagé par l'autre des autres grandes associations représentatives du handicap en France l'APF qui tient à exprimer sa vive déception suite à l'annonce de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées.

L'association qui précise l'inflation de 1,1 % et les nombreux autres frais supplémentaires – forfait hospitalier, franchises médicales, fiscalisation des indemnités accident du travail, déremboursement de certains médicaments, hausse du coût des mutuelles – sont largement absorbés par cette hausse de 1,75 %.

l'APF qui regrette également que le sujet des ressources des personnes en situation de handicap (AAH pensions d'invalidité ou rentes versées), après avoir été passé sous silence lors de la Conférence nationale de lutte contre la pauvreté en décembre 2012, ne soit ni dans l'agenda du président de la République et du gouvernement, ni inscrit au programme du Comité interministériel du handicap à venir.

L'association qui demande donc au gouvernement de s'engager à inscrire cette question dans le cadre de la loi de finances 2014 et d'apporter une solution durable au problème de précarité des personnes en situation de handicap ou malades ne pouvant pas ou plus travailler.

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir