Contenu principal

Message d'alerte

Réunion de négociation sur les soins de proximitéLa Fédération nationale des orthophonistes a décidé de dénoncer la stratégie du ministère de la Santé en refusant le 23 juillet dernier de signé au « point d’étape » proposé par le Directeur général de l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie (UNCAM) dans le cadre des négociations interprofessionnelles sur les soins de proximité.

La FNO qui affirme dans un communiqué ne plus vouloir cautionner la signature d’un blanc-seing à l’ouverture de négociations qui n’apporte selon elle aucune garantie d’égalité de conditions d’exercice pour les professionnels de santé et d’égal accès à des soins de qualité pour les patients sur tout le territoire.

Un ministère en position de fragilité au travers de ses propositions faites par l’UNCAM, affirmant avoir l’adhésion des professionnels de santé lors de la signature. La réalité serait tout autre puisque ces signataires ne représenteraient qu’une minorité. 

La FNO qui dénonce la persistance de la stratégie gouvernementale et de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol TOURRAINE. Cette dernière ayant décidé de privilégier des contractualisations locales et individuelles avec les Agences Régionales de Santé, dont le risque à terme, et de nuire selon la FNO, à la cohérence nationale de l’organisation de la santé, au détriment des professionnels et des patients

La Fédération nationale des orthophonistes s’élève contre ce quel estime « simulacre de démocratie s’appuyant sur la signature de quelques syndicats qui s’apparente à un passage en force pour l’ouverture des négociations dans un cadre qui ne satisfait pas la majorité des professionnels de santé ». 

Cette derniére, qui déclare avoir témoins avoir la volonté travailler dans le cadre d’un Accord-Cadre interprofessionnel (ACIP), garant de l’égalité et de l’équilibre des soins de proximité annoncés par le gouvernement dans la Stratégie nationale de santé. La FNO refuse tout autre cadre qui ouvrirait la voie au démantèlement de notre système de soins conventionnés.

De son côté, l'Union nationale des pharmacies de France (UNPF), souligne qu'elle n'a pas signé l'Accord carde interprofessionnel (ACIP). « Bien que favorable un accord-cadre interprofessionnel dans l'intérêt du patient, l'UNPF s'oppose à une mainmise de l'assurance-maladie sur les professionnels de santé libéraux », déclare l'UNPF. Le syndicat refuse également « qu'une seule organisation syndicale puisse engager l'ensemble de la profession ». Il ne juge « pas satisfaisant » le projet de protocole présenté par l'assurance-maladie et s'oppose à « la mise en place d'une interprofessionnalité subordonnée aux médecins ». L'UNPF souhaite que « les équipes de soins se constituent autour du patient, en fonction de sa pathologie et non en fonction du médecin traitant ».

Stéphane LAGOUTIÉRE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir