Contenu principal

Message d'alerte

Francois HOLLANDE 4 edition de la conference nationale du handicap a ParisDes promesses qui n’engagent que ceux qui les tiennent ! Voilà le résumé de sera une fois l’édition de cette 4e Conférence nationale du handicap. Un rendez-vous que, François HOLLANDE aura clôturé en présence de Manuel VALLS. Répondant a certaine demande associative, moyennent satisfaite. Le Chef insistera sur le respect des engagements, « mais aussi a fixé des nouveaux objectifs (...) c’est pourquoi le handicap doit mobiliser toute la Nation dans la durée et au-delà des alternances ». Un discours au final et acceulli avec prudence !

Vers une société inclusive... ?
Le président qui aura commencé a affirmé « Nous avons a respecté les engagements, mais aussi a fixé des nouveaux objectifs (...) c’est pourquoi le handicap doit mobiliser toute la Nation dans la durée et au-delà des alternances ». François HOLLANDE qui va s’interroger son évolution et ces objectifs. « Cette politique est-elle figée pour toujours, est qu’elle ne doit pas connaître des étapes en fonction des évolutions à la fois grâce aux découvertes, des réussites, des difficultés des échecs ? ».

Et d’ajouter sur cette politique « qui a longtemps cherché à protégé par l’accueil en établissement spécifique ou de la scolarisation particulière (...) limitant les relations d’échanges avec la société et parfois d’enfermer le handicap autour de lui-même ». Une politique qui aujourd’hui qui à pour objectif selon le chef de l’Eat, « d’émanciper à développer l’autonomie et de reconnaître leurs capacités, les talents et les chances (...) pour bâtir une société inclusive ». Notre ambition soulignera le Chef de l’État et de permettre a la personne handicapée, quelle « ne heurte aucune frontière, aucune limite, aucune barrière physique ou morale dans ces projets des principes posés dans la loi de 2005 »

Un discours d’une société inclusive qu’aura soulignée, Marisol TOURAINE, au côté de sa Secrétaire d’État Ségolène NEUVILLE en début de conférence, « Construire ensemble une société inclusive. Il ne s'agit pas d'une simple promesse, mais d'un engagement : garantir à chacun, quelle que soit sa situation de handicap, la possibilité de vivre dignement et d'exercer sans entrave tous les droits que confère la citoyenneté », a souligné Marisol Touraine. « Le droit de voter, le droit de travailler, le droit d'accéder à des soins de qualité, le droit de recevoir un enseignement diversifié ». Des droits, mais lesquelles ?

Dans le domaine de l’Accessibilité...
Citant l’action du gouvernement et de son premier ministre, Manuel VALLS et l’importance d’une politique interministérielle et sa réalisation dans tous les actes de vie, commençant sur celui de l’accessibilité, et d’une « volonté et exigence dans une contrainte que nous connaissons tous. Pour « une accessibilité qui doit être universelle » précise-t-il. Citant quelques chiffres des Ad’ap pour justifié cette avancé, réduisant le chiffre des retardataires à 20 %. Un chiffre loin de correspondre a la réalité. Une mission d’évolution et de contrôle confié a indiqué le président à la Sénatrice à la sénatrice Claire-Lise CAMPION.

Un dossier dans lequel dans lequel de nombreux points n’ont pas été abordés préférant conclure chapitre a ces celle des nouvelles technologies. Le chef de l’État qui aura souligné que si elles peuvent « à condition d’avoir des financements comme pour voir, marcher...et libérer les personnes handicapées ». Ajoutant que celle-ci peut être la cause de « nouvelle de barrière », citant en exemple la numérisation, et la loi numérique en préparation actuellement. « Si les personnes ne peuvent pas accéder à ces ressources, c’est une contrainte de plus qui vient s’ajouter a beaucoup d’autres ». Répondant partiellement a la Fédération des aveugles de France qui regretté l’absence de prise en compte de ses propositions.

Dans le domaine de l’Éducation...
Des enjeux se trouvent au sein de l’école, « afin que l’école soit anticipatrice de ce que doit être la société, c’est-à-dire inclusive » souligne François HOLLANDE. La scolarité qui doit être transférée des centres médico-sociaux, vers le milieu « que l’on appelle ordinaire, mais qu’ont devrait appeler le milieu scolaire pour tous les enfants », des projets d’écoles qui doivent prendre tous les enfants y compris ceux à « besoin particulier ».

Une situation que le gouvernement n’a pas réussit à mettre en œuvre avec des milliers d’enfants sans solutions scolaires notamment les jeunes déficients intellectuels et ces 47 000 enfants sans solution comme le précisé l’Unapei. Une situation pour lequel le chef de l’État aura rappelé qu’il était tiers de plus depuis la rentrée 2011, comme pour l’accueil des jeunes autistes et la création de 60 structures et 50 supplémentaires d’ici 2017. La ministre Marisol Touraine qui à annoncé le matin la préparation actuellement d’un quatrième plan autisme est en préparation au second semestre 2016, après l’évaluation du 3e plan (2013-2017), dans lequel précisera dans son intervention, qu’il soit celui de « l’apaisement et du rassemblement, car nous devons avoir toutes les réponses adaptées et sans la volonté d’imposer une solution ». Mais aussi celui de l’amélioration des conditions d'accès des collégiens handicapés aux filières professionnelles et d'apprentissage.

Concernant les universités le chef de l’État a tenu a rappelé, alors même les universités françaises accueil moins de 2 % d’étudiant en situation de handicap, afin de les rendre plus accessible comme avec le schéma handicap » dont il souligne qu’il « passé de 2 a 25 en quatre ans ».

Avant de conclure sur ce chapitre sur l’importance « des 80 000 auxiliaires de vie désormais reconnue et qui doit être valorisé » reconnaissant le statut précaire de celle-ci, François HOLLANDE à annoncé à partir de 2016, « la transformation progressive des contrats aidés d’AVS en contrat d’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) sur une durée de 5 ans ainsi que la création de 6000 ». Afin que d’ici 2021 que 50 000 professionnels (en équivalents temps plein) soient disponibles, « avec une plus grande continuité d'intervention auprès des élèves, et de véritables perspectives pour leur formation », a-t-il ajouté. Un objectif pour lequel il ne risque pas grand-chose avec les prochaines élections présidentielles et en cas de changement de majorité reviendra forcément au prochain gouvernement qu’il respectera ou non.

 Dans le domaine du médico-social et soin...
François HOLLANDE qui reviendra brièvement sur les annonces de Marisol Touraine et Ségolène NEUVILLE annonçant la mise en place d’une définition d'une stratégie quinquennale d'évolution de l'offre médico-sociale, dans un cadre contractualisé avec les associations gestionnaires. Précisant que pour celle-ci une enveloppe de 180 millions d'euros (2017-2021) sera consacrée à la création de nouvelles solutions et à la transformation de l'offre. Une politique pour lequel chef de l’État a précisé la mise « en œuvre un soutien exceptionnel du plan d'aide à l'investissement médico-social à hauteur de 60 M€ en trois ans », sur la modernisation du système informatique des MDPH auquel s’ajouteront un soutien budgétaire des MDPH s'engagent dans la réalisation « d’une réponse accompagnée » avec une enveloppe de 8M€ et qui aura pour objectif de proposé des solutions d'accompagnement aux enfants ou adultes handicapés.

Citant Mme FERY, il reviendra sur les difficultés que rencontres les familles parfois « Nous savons qu’il y a encore beaucoup a faire et que parfois certaines familles attentent une réponse particulière et que parfois certaine d’entres elles sont obligées de prendre en charge l’accueil », invitant les collectivités a pouvoir atteindre cet objectif par l’intervention de professionnel « et que personne ne se retrouve sans solution » reprenant l’intervention de Ségolène NEUVILLE qui avait cité l’exil forcé dans son discours en début de matinée. Une réponse qui sera apportée par la mise en œuvre « d’un volet spécifique sera consacrée au polyhandicap destiné a la formation des équipes de soins et à la fois au renforcement de ces structures médico-sociales et au soutien des proches ».

Dans le domaine de l’Emploi...
Concluant les dix dernières minutes de son intervention à celui du « défi que représente l’emploi une condition essentielle a leurs autonomies », souligne le chef de l’État. Des personnes connaissant un taux de chômage de 23 %. Le chef de l’État qui c’est dédouané en invoquant « la situation économique ou les exigences de performances ». Un gouvernement qui selon lui a la volonté « d’accompagner les jeunes handicapées à intégrer le monde du travail » pourtant les plus nombreuses sans emploi actuellement !

La Fnath qui avait regretté le « manque de vision du handicap dans loi travail ». Une accusation auquel le chef de l’État répondu par la mise en avant l’existence d’un « concept innovant celui de l’emploi accompagné « en collaboration avec le service public de l'emploi et l'appui des Esat et entreprise adaptée, afin de permettre tant aux salariés qu'aux employeurs en milieu ordinaire, relevant du placement et du maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés »

L’autre objectif de ce projet loi François HOLLANDE de regroupé les missions (Cap emploi et aide l’emploi afin de « les rassemblée afin de pouvoir prendre aussi bien les demandes du travailleur handicapé, que de la personne déjà dans l’emploi et qui peut connaître un handicap ». Annonçant également la mise en place « d’un programme d’investissement destiné au Esat et Entreprise adaptée pour moderniser leurs équipements ».

Les ministres qui seront revenus également dans la matinée sur la mission confiée à Josef SCHOVANEC, auteur et autiste asperger, auprès de Ségolène NEUVILLE, secrétaire d'État en charge des personnes handicapées, sur l'insertion professionnelle des personnes vivant avec des troubles du spectre autistique comme la mise en œuvre d’une nouvelle convention entre MDPH et service public de l'emploi pour évaluer les possibilités et conditions d'emploi des personnes handicapées. Auquel s’ajoute comme l’ont précisé les ministres l’importance d’une incitation entre les syndicats à la négociation collective sur le handicap qui avait été abordé le 4 février 2016 lors d’une table ronde. Enfin la mise en œuvre de l’adaptation des règles concernant le calcul de la Prime d'activité pour les personnes percevant l'Allocation adulte handicapé (AAH), une rentre accident du travail ou d'invalidité, afin que leur effort d'activité soit mieux reconnu.

Dans le domaine du Logement...de simplification administrative
Répondant au critique formulé par l’APF, mais aussi la Fnath ou l’Unapei et de nombreuses associations dans le domaine du logement, Les ministres auront annoncé la mise en œuvre de la lever des obstacles au développement des formes de logement accompagné et d'habitat partagé. Mais la mise la signature d’une convention à conclure entre l'État et l'Union sociale pour l'habitat afin de favoriser le développement des logements accompagnés dans le parc social.

Auquel s’ajoutera un lancement d’appel à projets « HLM, partenaires des personnes en situation de handicap », par l'Union sociale de l'habitat, Marisol Touraine annonçant également la création de 1 500 places supplémentaires par an en pensions de famille.

Dans le chapitre de la simplification administrative pour des citoyens fragilisés, les ministres ont annoncé la mise en œuvre de deux mesures essentiellement, celle destinée à allongement du délai de renouvellement de l'AAH pour certains allocataires dont le taux d'incapacité est supérieur à 80 % pour les lesquels les modalités reste a définir même si cela concernera notamment les invalidités ne pouvant faire l’évolution, visuelle, auditive, ou physiques ou mental ou celles des maladies rares encore. « Un rallongement que je considère indispensable pour donner cette sécurité » aura souligné le Chef de l’État. Mais aussi pour une première la prise en compte du français « Facile à lire et à comprendre » avec l'objectif de traduire les futures lois en langage simplifié.

Dans le domaine de l’innovation et de Gouvernance
Abordant le domaine des nouvelles technologies, le chef de l’État que si elles peuvent « à condition d’avoir des financements comme pour voir, marcher...et libérer les personnes handicapées » il ajoutera que celle-ci peuvent être la cause de « nouvelle de barrière » citant en exemple la numérisation, et la loi numérique en préparation actuellement, « si les personnes ne peuvent pas accéder a ces ressources c’est une contrainte de plus qui vient s’ajouter a beaucoup d’autres ». Répondant partiel a la Fédération des aveugles de France qui regretté l’absence de prise en compte de ses propositions.

Le Chef de l’État dans son discours souligné l’importance du renforcement du rôle de pilotage interministériel du secrétariat général du CIH (Comité interministériel du handicap) pour développer la politique d'accessibilité et pérenniser la démarche d’« Une réponse accompagnée ». Et le lancement d'un concours Innovation et handicap, doté de 2 millions d'euros, conduit dans le cadre du programme d'investissement d'avenir sous l'égide du CGI (Commissariat général à l'investissement).

Des associations moyennement satisfaites
Des associations qui au final après ce beau discours, reste surtout très prudente sur leurs mises en œuvre, pour un gouvernement et un président dont le quinquennat prend fin dans moins de douze mois, un chef de l’État qui aura peut voulu se servir de 4e édition de la conférence nationale du handicap comme un pré discours de campagne présidentielle afin de trouver une raison d’être a une politique qualifiée d’inclusive, pour sa gauche dont certains n’hésitent pas y compris dans ces rangs a regretté une « politique volontariste » pour citée un député... Des associations qui demande principales des actes et non des promesses dans un domaine où elles jugent qu’encore beaucoup d'efforts ne sont pas toujours réalisés qu’il s’agisse de l'accessibilité, de l'emploi et de la scolarisation

Stéphane LAGOUTIÉRE


L'intégralité de la Conférence Nationale du... par elysee

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir